Sex in the kitchen… choix n°2

Péché capiteux … la gourmandise est encore venue m’enlever pour m’inviter à vous proposer la suite des aventures coquines en cuisine de trois femmes qui claquent !

Dessin de Miss Tic

Dessin de Miss Tic

  • Choix 2 : C’est au tour de Dita la Corsée !

Elle vous emmène sur la route serpentée des épices et du thé. Elle torpille, pilonne, écrase et exalte tous les parfums. Vous allez déguster encore mais aussi sentir, écouter frémir et même peut-être toucher ce que vos yeux ne pourront croire…

Au menu

Folles bouchées au vadouvan
Foie gras au poivre de Tasmanie
Pavé d’autruche aux amandes et au poivre noir des tropiques et ses légumes torpillés d’épices
Fruits de la passion

Et avec ça on boit un Vin de pays du Mont Baudile du Domaine Supply-Royer, cuvée Le Mourvèdre des Crouzets 2007

Folles bouchées au vadouvan : Agneau mariné aux épices vadouvan

A faire mariner la veille.
Prévoir 3 belles tranches de gigot d’agneau

Dans un sac de type congélation mettre l’agneau coupé en morceau, les épices vadouvan et 2 cuillère à soupe d’huile d’olive.  Bien mélanger le tout et réserver minimum 2 h au réfrigérateur.

Égoutter ensuite la viande et enfourner à 200 ° pendant 10 à 15 minutes selon la cuisson que vous aimez.
Les bouchées sont prêtes !

Foie gras au poivre de Tasmanie

Utilisez un foie gras mi-cuit et pilonner du poivre de Tasmanie, parfumez et tombez…

Ou on peut le faire soi-même…

Ingrédients :
– 1 foie gras de canard pas plus de 600 g (max). Je lai acheté chez Picard, déveiné car pour une première fois j’ai voulu aller au plus simple !
– 7 g de sel fin (n’hésitez pas à peser)
– 3 g de poivre de Tasmanie
– 1 pointe de couteau de noix de muscade fraîchement râpée
– 1 c. à café rase de sucre semoule (pour la couleur)
– 2 cl de porto
– 5 cl de vin blanc moelleux

Préparation :
Préparer la marinade en mélangeant la noix de muscade, les alcools, le sucre et le sel.
Mélanger pour laisser fondre le sucre et sel.
Poser le foie dans un plat creux et l’arroser de la marinade.                        Couvrir d’un film alimentaire et réserver au réfrigérateur 6 h, en tournant régulièrement les foies dans la marinade de manière à bien répartir l’assaisonnement.
Sortir le foie du réfrigérateur 1 h avant de le cuire.
Préparer un bain-marie pouvant accueillir la terrine et le poser dans le four allumé sur th. 4-5/130°. Plonger un thermomètre dans l’eau et monter le bain marie à 70°. Le stabiliser en baissant le thermostat si nécessaire.
Reconstituer harmonieusement le foie, le placer ensuite dans une terrine en commençant par le plus gros lobe, coté le plus rond vers le fond. Pilonner le poivre et le répartir sur le foie, puis placer le plus petit morceau du foie. Tasser bien le foie dans la terrine.
Poser la terrine dans le bain marie, vérifier qu’il est stabilisé à 70° (environ th. 3) et commencer la cuisson.
Si la température augmente, verser un peu d’eau fraîche. Si elle baisse, augmenter légèrement le thermostat.
Après 30 à 35 mn de cuisson, sortir délicatement le foie du four et le laisser refroidir 3 h.
Lorsque la graisse de canard commence à figer, emballer la terrine dans un film alimentaire et la réserver au frais 3 jours.
Déguster ce foie gras mi-cuit jusqu’à 8 jours après sa fabrication.

Pavé d’autruche aux amandes et au poivre des tropiques
Légumes torpillés d’épices
Préchauffer le four à 180 °
Préparer la panure en mélangeant les amandes en poudre, une cuil. à café de poivre des tropiques (lien).
Paner les pavés d’autruche, déposer dans un plat allant au four avec un filet d’huile d’olive et laisser cuire environ 15 minute à 180/200 ° (une cuisson à point est idéale).
Les légumes (on peut les préparer à l’avance même la veille) :
Emincer deux poivrons et 4 oignons, les faire confire dans l’huile d’olive à feu doux pendant 45 minutes, ajouter 4 poignets de salsifis surgelés. Laisser cuire pendant 15 à 20 minutes. Déglacer à la sauce soja

Fruits de la passion


Battre deux blancs en neige. Dans un autre saladier, mélanger du mascarpone (1 pot) et ajouter une demi-cuillère de vanille en poudre, 60 gr de sucre en poudre et 5 cuil. à café de thé matcha. Incorporer délicatement les blancs en neige. Au fond d’un verre, émietter quelques spéculos, ajouter la crème au thé matcha et un demi fruit de la passion.

Et pour la prochaine séance, on affute ses canines et on accueille : Louva
                                            Elle vous mangera tout cru !

A faire rougir : Tartare de bœuf au sel rouge
Corsez-vous : Sashimi de poisson fumé au poivre de voatsiperifery
Les morsures de l’aube : Carpaccio de bœuf à l’estragon sauce tériyaki et riz sauvage au vinaigre de  riz
Entre’ choc !

Publicités

DEGUSTOTRON

La fin de bouche interminable de ce vin m’évoque un coup de tonfa dans la boue.
Ce vin de bobo m’interpelle comme un coup de tonnerre en noir et blanc.

Nouveau langage ? Énigme dans une pyramide ? Un dialogue d’Audiard ?

Ce vin mi-figue mi-raisin me perturbe comme un flash dans le bus de Freddy Krueger.
La robe bien fendue de ce joli vin me secoue comme des mains velues dans un camp de nudistes.
Ce primeur 2010 m’évoque un cri sur une trottinette.

De quoi est-ce qu’on parle ? De vin bien sûr ! mais surtout d’une idée, d’un coup de génie presque !

Voici pour vous et pour moi et pour tous ceux qui rament lorsqu’il s’agit de parler du vin, des commentaires de dégustations tout prêts pour des envolées lyriques, un générateur aléatoire de commentaires de dégustation bizarres, burlesques ou décalés. Vindicateur l’a fait !

Ce vin californien me dérange comme Terminator entre deux portes.
Ce bon vin me chamboule comme un sourire de loup-garou sur la lune…

Quand Vindic en parle ça donne :

« Avec le Dégustotron, l’angle est franchement décalé, la démarche délibérément humoristique, mais derrière ces clins d’oeil, le guide des vins Vindicateur entend jeter les bases d’un petit chamboulement dans l’univers de la critique oenologique : trop de superlatifs, de lieux communs, de mots toujours les mêmes pour parler du vin.

Le directeur de Petrus a un jour affirmé que 20 mots suffisaient pour parler du vin – très sûrement pour moquer les critiques lambda qui utilisent les 200 mêmes mots en boucle pour donner leur avis… Aujourd’hui, il est peut-être temps de changer la donne : 20, 200… Et pourquoi pas 20 000 mots ! Vindicateur, les nouveaux poètes à deux euros du vin ? ou des visionnaires en avance de 10 millésimes ? A vous de trancher. »

Le Dégustotron ! Entrez dans la matrice, choisissez la pilule bleue… « There is no spoon »

Les chroniques de l’unique

Il s’agit d’un petit jeu auquel je me suis adonnée pour mon propre plaisir. Le but : discuter avec moi-même de ce que je trouve unique et si d’autres veulent compléter la liste… Qu’ils se fassent plaisir à leur tour !

A la recherche de la recette perdue

Photo du site http://remacle.org/
Photo du site http://remacle.org/

Je brique, j’astique… cuisine magique.

Et pourquoi ?

Pour un loustique et son joystick ?

Pour un aspic et l’esthétique ?

NON!

Dans le but de trouver le plat UNIQUE

Jamais académique… une sorte de bouleversement chaotique.

La quête implique mon sens artistique à sens unique… la recherche du plaisir comme une bombe atomique.

Je mise calorique, bucolique, balsamique.

Je revisite les grands classiques, les cas cliniques, je convoque la clique puis c’est le hic… un vide cosmique.

On essaie encore, des épices magiques, un agneau cynique… c’est toujours désertique.

J’en appelle au biologique, à l’élastique, à l’électrique, au vitrocéramique… toujours rien de magnétique.

Encore un sursaut, je deviens énigmatique, féérique, maléfique, érotique… mais ma petite fabrique demande un peu trop de gymnastique.

Au final rien d’héroïque, la suite demeurera en italique… à suivre…

Orange mécanique

Image tee-shirt de http://www.serishirts.com
Image tee-shirt de http://www.serishirts.com

Un peu d’orange mon ange?

Carpe diem comme un emblème … on se ressaisit car ici , après tout, il ne s’agit que de bouf’ !

On savoure, on s’amoure aussi, c’est permis !

Unique est le moment choisi pour déguster.

Unique est le moment où vous croquerez.

Pour un moment digne des « soirées de l’ambassadeur », je vous propose :

Un foie gras poêlé et cœur safrané

Pour les cœurs safranés : On mélange (j’adore ça) 3 filaments de safran à une pincée de curcuma, 1g d’agar agar, 30cl de vin blanc doux, du sel et du poivre voatsiperifery.

Le tout frémit, on laisse encore chauffer 2 minutes puis on verse dans des petits moules en forme de cœur. On laisse le tout se rafraichir 2 heures.

Des éclats de foie gras juste saisis à la poêle sans ajout de matières grasses.

Sur un morceau de pain aux noix, on dresse : un éclat, un cœur.

Ça y est, vous y êtes… mordez !

Le diabolique

Moi, Lucifer de Glen Duncan aux Editions Denoel
Moi, Lucifer de Glen Duncan aux Editions Denoel

Un diamant unique au monde, unique sous la dent je deviens croqueuse attirée comme un aimant.

On en parle avant de le distiller partout partout!

Suave, enveloppant, doux, il est long en bouche. Poivré bien sûr, mais juste pour le goût… toujours gourmand.

Il propulse le foie gras au sommet de ses promesses.

Il pare jalousement une noix de Saint-Jacques juste poêlée.

Il structure un pavé d’autruche bien pensé.

Un peu de tenu mon cher Chocolat! Contre ce moulin là vous ne pourrez rien.

Ce diable de Tasmanie est comme une flamme blanche, un serpent étincelant… il est notre part de mal dans ce monde brut, il est la félicité de l’Eden perdu, un grain noir dans la lumière…

Néphael la Lubrique

Quand Néphael fait la cuisine elle ne se casse pas la tête mais elle se met à nu !

Les chroniques de Néphael sont coquines en cuisine.

Du nu recherché sous le tablier au nu affiché paré de sushis et d’autres japonaiseries,  c’est un véritable show sorti du four pour une mise en bouche en toute simplicité toute prête à nous exciter !

Une audace certaine pour cette chroniqueuse qui emmène les amoureux de la cuisine bien loin des fourneaux.

Pour de douces folies de bouche à deux mettez-vous en quête de ces

Émission du 21 décembre 2011 et la Chronique de Néphael en cuisine!

 

Autour de l’Alternapif

Un menu/Un vin : Atour de l Alternapif

Les sabots d’Hélène – Alternapif – AOC Corbières – 2010
 
 
Vin sans soufre ajoutéToujours partisane de la douce et gourmande ivresse, ce vin là ne déçoit pas !
Un Corbières sans soufre ajouté qui laisse s’exprimer le fruit.De Syrah en Carignan il vous fera passer du bon temps.On en parle ! Vindic n’a pas tort !
Où l’acheter ?
Les sabots d’Hélène   
Vindicateur

Le menu

♠ A l’apéritif, on mise sur des charcuteries puissantes.

La charcuterie corse

Difficile d’en trouver d’authentiques. La charcuterie corse ne dispose d’aucune “appellation d’origine contrôlée” et comme la demande est très supérieure à l’offre, les industriels s’en donnent à cœur joie… Attention à l’arnaque ! Où en trouver ? Chez un producteur en Corse ou peut-être ici Amachja

♠ En entrée, on fait tout seul des ravioles ou on se les fait livrer.

J’allais vous concoctez une recette bien à moi mais franchement quand c’est si bien fait par quelqu’un d’autre, on ne fait plus de cachotterie !
On love et on se love dans le Cachemire et la soie

♠ En plat, on fond pour une souris d’agneau caramélisée et ses légumes aux épices

Les souris d’agneau

– 2 souris
– 30 cl de bière blonde
– 50g de sucre roux
– Huile d’olive

Préparation :

Préchauffer le four (180°). Dans une cocotte faire dorer les souris dans de l’huile d’olive, ajouter du sel. Déglacer avec la bière, après réduction ajouter le sucre et laisser caraméliser légèrement. Dans un plat allant au four, verser la préparation et les souris et enfourner en baissant le thermostat à 120 ° pendant 30 minutes, recouvrir d’une feuille d’alu (ajouter un peu d’eau si nécessaire). Retourner les souris et prolonger la cuisson encore 1 heure.

Les légumes :
– 2 carottes

– 2 navets

– 1 verre à moutarde de riz (cuisson en 10 minutes)

– 4 verres à moutarde d’eau

– 3 tiges de coriandre

– 1 cuil. à café de Garam massala

– 1 cuil. à café de Gingembre

– 1 cuil. à café de Cardamone

– Safran (3 ou 4 filaments)

– 1 cuil. à café de Cumin

– Une demi cuil. à café de Graines de moutarde

– Ghee (ou beurre clarifié) pour la cuisson

 Préparation :

Dans une poêle, faire griller les épices dans le ghee, incorporer les carottes et les navets coupés en dès et arroser de deux verres d’eau. Laisser cuire à couvert 5 minutes puis verser le riz et ajouter les deux autres verres d’eau. Poursuivre la cuisson encore 10 minutes. Le riz doit être fondant et les légumes légèrement croquants. Si les légumes et le riz ont bu la totalité de l’eau avant cuisson, ajouter encore un peu d’eau (par demi verre. En fin de cuisson, le riz doit avoir absorbé toute l’eau.

♠ Pour le dessert on joue au Mendiant !

Pour la recette on va voir Marina et Ses pures gourmandises

Marina, le capitaine de Pure gourmandise , nous conduit de rubrique en rubrique sur des îles colorées, admirablement flashées, dans lesquelles chaque recette est le fruit de ses pensées.

Un florilège d’idées et un visuel épuré pour des recettes en chocolat, des petits biscuits, de beaux gâteaux, des fruits… et ses « folies douces »

J’aime ce site pour ses couleurs acidulées, ses recettes adorées, une navigation simplifiée et parce que je le quitte toujours le cœur léger et le palais satisfa

Sex in the kitchen

Thème déjà galvaudé mais j’adore chevaucher !

Le sexe, tout le monde aime ça, séduire c’est ce qui nous fait frémir et vivre. On aime le miel du bout de ses doigts, on adore sa bouche au goût de fraise fraichement croquée, on languit devant ce corps qui nous offre un chocolat, bref on pense tous beaucoup à Ça.

On a tous fricoté au moins une fois autour d’un verre, d’une table… Il s’agit donc ici de vous parler de ce qu’il y a de plus sérieux au monde : le jeu de séduction sur table rase et verre bien rempli !

Pour ce petit exercice il est nécessaire de bien définir ce que l’on veut provoquer.

Voulez-vous le faire tomber à genoux pour des épousailles en fanfare ?

Voulez-vous lui montrer que vous n’avez pas froid aux yeux et nulle part ailleurs non plus ?

Voulez-vous seulement danser avec le loup ?

Selon l’objectif on convoque : Andy dis moi oui, Dita l’effeuilleuse… ou Lova la louve…

Le choix de ces dames :

Andy, dis-moi oui.

Dita l’effeuilleuse.

La louve.

  • Choix 1 : Andy ! Ça fait un moment que j’te suis, Andy!

– Abandon de mille façons
– Mes bijoux indiscrets
– Noisette de biche
– Crème fouettée maltraitée

Abandon de mille façons : trio exotique de brochettes marinées

A faire mariner la veille.
La base : le poulet, compter 2 escalopes pour chaque type de préparation

A la réunionnaise
Dans un sac de type congélation mettre le poulet découpé en morceaux, 10 cl de rhum brun, 5 cl de sauce de soja, 2 citrons verts pressés , 2 ou 3 zestes, 2 ou 3 oignons nouveaux, 2 petits piments, 1petit morceau de gingembre frais (ou déshydraté).  Bien mélanger le tout et réserver au frais.

Avant de les cuire, égoutter le poulet et réserver la sauce (ça pourra être utile avant de servir pour arroser tes brochettes).
Façonner les brochettes (cette opération peut avoir lieu après cuisson si on utilise de longs pics)

Cuire dans une poêle avec un peu d’huile d’olive puis ajouter un mélange lait de coco /sel / poivre jusqu’à évaporation.

Au moment de servir, saupoudrer de noix de coco.

Façon tajine
Dans un sac de type congélation mettre 3 citrons pressés, 1 demi cuil. à café de coriandre moulu, demi cuil. à café de curcuma (important pour la couleur orangée aussi), 1 pincé de cumin, 1 échalote émincée, 1 petite gousse d’ail écrasée. Bien mélanger et réserver au frais.

Avant de les cuire, égoutter le poulet et réserver la sauce (ça pourra être utile avant de servir pour arroser les brochettes).

Cuire dans une poêle avec un peu d’huile d’olive et saler.

Enlever le poulet et faire dorer légèrement des abricots secs, éteindre le feu et verser quelques olives vertes dénoyautées afin de les imprégner du goût.

Monter les brochettes en alternant 1 morceau d’abricot, le poulet, une olive…

A l’indienne
Enrober les morceaux de poulet de pate tandoori ou façon khorma, vindaloo…

Pour réchauffer arroser d’un filet d’huile d’olive.

Monter les brochettes !

Mes bijoux indiscrets : Quand le foie gras s’habille de sucre parfumé

Découper des morceaux de foie gras de canard cru en éclats puis paner de farine. Sortir de la poêle pour ensuite les paner à nouveau de sucre floral. Passer très rapidement à la poêle encore une fois pour leur donner un côté cristallin.

Noisettes de biche

Faire cuire les noisettes de biche à la poêle dans un peu de beurre (selon les goûts, à point, saignante, bleue). Déglacer au vinaigre de noix. Retirer les noisettes et réserver. Ajouter dans la poêle une cuillère à café de sucre et laisser caraméliser. Remettre les noisettes dans la poêle afin de les enrober du caramel obtenu.

Servez et accompagnez d’une purée à la muscade.

Crème fouettée maltraitée : La crème chantilly Mozart d’inspiration japonaise
Saluez le chef-designer Hissa Takeuchi

Presser une orange et mélanger le jus à 1dl de champagne blanc de blanc, ajouter 200g de sucre. Au premier frémissement, retirer du feu et réserver au frais.
Fendre une gousse de vanille et prélever les graines, mélanger à 25g de sucre.

Faire fondre 50g de chocolat blanc pâtissier. Dès qu’il est mou à cœur, retirer du feu et ajouter le mélange sucre/vanille. Mélanger pour lisser et réserver.

Fouetter 5 dl de crème fraiche liquide très froide  jusqu’à obtenir une mousse légère (ne pas hésiter à mettre le récipient au frais avant l’opération).
Ajouter 3 cuillères à soupe de cette crème au chocolat blanc. Mélanger en tournant de bas en haut puis verser le tout sur la crème fouettée. Fouetter encore pour obtenir une mousse ferme.

Dresser en versant dans des moules individuels la sauce à l’orange et poser la chantilly avec une poche à douille (ou un sac de congélation coupé à l’extrémité, pas trop gros le trou).

Arroser de sauce à l’orange? et décorer d’un quartier d’orange et d’un morceau de gousse de vanille.

A venir le choix n° 2

Prochainement le choix 2 : Dita l’effeuilleuse

– Folles bouchées au vadouvan
– Foie gras au poivre de Tasmanie
– Pavé d’autruche aux amandes et au poivre noir des tropiques et ses légumes torpillés d’épices
– Fruits de la passion

… en attendant tenez-vous bien!

Ma première foie … ça a été chaud glacial !

Pourquoi personne ne le dégustera ?

Le pitch !

J’avais mon foie, ma terrine, mon thermomètre, mon four… ah bah non pas mon four !

Il s’est fait explosé la tronche par mon élément de cuisine qui emporté par une sauvage envie de … ? de j’sais pas quoi d’ailleurs, s’est désolidarisé du mur. Dans sa fureur, il a au passage liquidé ma vaisselle, atomisé le robinet et brisé à jamais la fenêtre de la cuisine !

Vous allez me dire, on peut le faire à la casserole ! Et bien non ! Je n’ai qu’une plaque électrique qui fonctionne en ce moment et elle est soit très chaude soit éteinte… oui je sais c’est la loose !

Le micro-onde, ouai mais non car mon four était combiné 😦

Du coup, je l’ai poêlé et c’était fichtrement bon!

Pour l’apéritif, j’ai découpé des morceaux en éclat que j’ai pané de farine puis sortis de la poêle pour ensuite les paner à nouveau de sucre floral. Je les ai passés très rapidement à la poêle encore une fois pour leur donner un côté cristallin.

En plat
Je l’ai accompagné d’un riz nature et d’un mélange de champignons à l’huile de noisette (on ajoute l’huile de noisette au dernier moment).

  • Pour se rafraichir on va voir du côté du Domaine Philippe Delesveaux et sa cuvée Feuille d’or 2009.

Pour cet Anjou, on fond littéralement. En bouche c’est du velours. Si l’on perçoit une acidité c’est pour mieux tomber mon enfant… tomber sous le charme bien sûr!

Sinon la recette du foie gras mi-cuit quand même!

L’union de Elle à table, Laurent Mariotte de cuisine-tv et Moi-même.

Ingrédients :

– 1 foie gras de canard pas plus de 600 g (max). Je lai acheter chez Picard, déveiné car pour une première fois j’ai voulu aller au plus simple !
– 7 g de sel fin (n’hésitez pas à peser)
– 3 g de poivre de Tasmanie
– 1 pointe de couteau de noix de muscade fraîchement râpée
– 1 c. à café rase de sucre semoule (pour la couleur)
– 2 cl de porto
– 5 cl de vin blanc moelleux

Préparation :

Préparer la marinade en mélangeant la noix de muscade, les alcools, le sucre et le sel.
Mélanger pour laisser fondre le sucre et sel.
Poser le foie dans un plat creux et arroser-le de la marinade.                        Couvrir d’un film alimentaire et réserver au réfrigérateur 6 h, en tournant régulièrement les foies dans la marinade de manière à bien répartir l’assaisonnement.

Sortir le foie du réfrigérateur 1 h avant de le cuire.

Préparer un bain-marie pouvant accueillir la terrine et poser-le dans le four allumé sur th. 4-5/130°. Plonger un thermomètre dans l’eau et monter le bain marie à 70°. Stabiliser-le en baissant le thermostat si nécessaire.
Reconstituer harmonieusement le foie, le placer ensuite dans une terrine en commençant par le plus gros lobe, coté le plus rond vers le fond. Pilonner le poivre et le répartir sur le foie, puis placer le plus petit morceau du foie. Tasser bien le foie dans la terrine.
Poser la terrine dans le bain marie, vérifier qu’il est stabilisé à 70° (environ th. 3) et commencer la cuisson.
Si la température augmente, verser un peu d’eau fraîche. Si elle baisse, augmenter légèrement le thermostat.

Après 30 à 35 mn de cuisson, sorter délicatement le foie du four et laisser-le refroidir 3 h.
Lorsque la graisse de canard commence à figer, emballer la terrine dans un film alimentaire et réserver-la au frais 3 jours.

Déguster ce foie gras mi-cuit jusqu’à 8 jours après sa fabrication.

A vous de jouer !

PS : je n’ai pas dit mon dernier mot, dès que mon four rentre à la maison, il sera au régime gras… foie gras of course !

Les Chroniques de l’Unique (suite et fin) : Autour de l’Alternapif

Un menu/Un vin : Atour de l’Alternapic Alternapif

Les sabots d’Hélène – Alternapif – AOC Corbières – 2010
Vin sans soufre ajouté

Toujours partisane de la douce et gourmande ivresse, ce vin là ne déçoit pas !
Un Corbières sans soufre ajouté qui laisse s’exprimer le fruit.

De Syrah en Carignan il vous fera passer du bon temps.

On en parle ! Vindic n’a pas tort !

Où l’acheter ?
Les sabots d’Hélène  
Vindicateur

Le menu

♠ A l’apéritif, on mise sur des charcuteries puissantes.

La charcuterie corse

Difficile d’en trouver d’authentiques. La charcuterie corse ne dispose d’aucune « appellation d’origine contrôlée » et comme la demande est très supérieure à l’offre, les industriels s’en donnent à cœur joie… Attention à l’arnaque ! Où en trouver ? Chez un producteur en Corse 😉 ou peut-être ici Amachja

♠ En entrée, on fait tout seul des ravioles ou on se les fait livrer.

J’allais vous concoctez une recette bien à moi mais franchement quand c’est si bien fait par quelqu’un d’autre, on ne fait plus de cachotterie !
On love et on se love dans le Cachemire et la soie

♠ En plat, on fond pour une souris d’agneau caramélisée et ses légumes aux épices

Ingrédients pour deux personnes :

Les souris d’agneau

– 2 souris
– 30 cl de bière blonde
– 50g de sucre roux
– Huile d’olive

Préparation :

Préchauffer le four (180°). Dans une cocotte faire dorer les souris dans de l’huile d’olive, ajouter du sel. Déglacer avec la bière, après réduction ajouter le sucre et laisser caraméliser légèrement. Dans un plat allant au four, verser la préparation et les souris et enfourner en baissant le thermostat à 120 ° pendant 30 minutes, recouvrir d’une feuille d’alu (ajouter un peu d’eau si nécessaire). Retourner les souris et prolonger la cuisson encore 1 heure.

Les légumes :
– 2 carottes

– 2 navets

– 1 verre à moutarde de riz (cuisson en 10 minutes)

– 4 verres à moutarde d’eau

– 3 tiges de coriandre

– 1 cuil. à café de Garam massala

– 1 cuil. à café de Gingembre

– 1 cuil. à café de Cardamone

– Safran (3 ou 4 filaments)

– 1 cuil. à café de Cumin

– Une demi cuil. à café de Graines de moutarde

Ghee (ou beurre clarifié) pour la cuisson

 Préparation :

Dans une poêle, faire griller les épices dans le ghee, incorporer les carottes et les navets coupés en dès et arroser de deux verres d’eau. Laisser cuire à couvert 5 minutes puis verser le riz et ajouter les deux autres verres d’eau. Poursuivre la cuisson encore 10 minutes. Le riz doit être fondant et les légumes légèrement croquants. Si les légumes et le riz ont bu la totalité de l’eau avant cuisson, ajouter encore un peu d’eau (par demi verre. En fin de cuisson, le riz doit avoir absorbé toute l’eau.

♠ Pour le dessert on joue au Mendiant !

Pour la recette on va voir Marina et Ses pures gourmandises

Marina, le capitaine de Pure gourmandise , nous conduit de rubrique en rubrique sur des îles colorées, admirablement flashées, dans lesquelles chaque recette est le fruit de ses pensées.

Un florilège d’idées et un visuel épuré pour des recettes en chocolat, des petits biscuits, de beaux gâteaux, des fruits… et ses « folies douces »

J’aime ce site pour ses couleurs acidulées, ses recettes adorées, une navigation simplifiée et parce que je le quitte toujours le cœur léger et le palais satisfait !

Les végétariens, ces p’tits malins !

Un menu pour vous mais comme on est complètement fou, ce sera aussi pour nous !

Le vin : Mas de Libian côte du Rhône Village La Calade 2009

  • Confit d’oignons des Cévennes sur toast aux noix

Ingrédients :
– 5 petits oignons des Cévennes
– 2 cuil. à soupe d’huile d’olive
– 2 cuil. à café de miel
– 1 cuil. à café de sucre roux
– 1 cuil. à café de cinq-épices
– 1 cuil. à café d’herbes de Provences
– 1 cuil. à café de cognac (facultatif)

Préparation :Émincer l’oignon et faire revenir avec l’huile d’olive et les épices. Faire fondre à feu doux pendant 30 minutes en remuant de temps en temps.
Déglacer au cognac.
Ajouter le sucre et les herbes de Provence.
Saler et poivrer et poursuivre la cuisson encore 30 minutes.

Tuiles au parmesan (parmesan rapé, thym)

Mélanger du parmesan râpé et du thym, sur une plaque allant au four recouverte de papier de cuisson former des cercles. Passer au four à 200° 5 à 7 minutes.

Découper un morceau de burrata et déposer-le sur la tuile puis assaisonner de fleur de sel et d’huile d’olive.

  • Cœur de salade farci

Faire cuire du quinoa dans un bouillon de légume.
Dans les feuilles de salade on dépose une cuillère à café de la crème d’artichaut, du quinoa, des miettes de féta et du sel noir
Plat

  • Galette de pomme de terre au curry et champignons poêlés parfumés à l’huile de noisette
Photo perso

Photo perso

Les galettes

Photo perso

Photo perso

Ingrédients pour 2 personnes :
– 400 g de pommes de terre
– 100 g de mont d’or environ (1 cac pour chaque galette)
– 1 cuil. à soupe d’huile d’olive
– 1 cuil. à café de cury
– Sel

Préparation :

Râper les pommes de terre avec la plus grosse râpe.
Ajouter le curry, l’huile d’olive et le sel. Mélanger le tout.
Essorer la préparation et la répartir dans des petits moules beurrés et tasser le tout.
Faire cuire à 200° pendant 30 à 40 minutes
Démouler.

Les champignons


Utiliser des champignons frais ou surgelés. Faire réduire jusqu’à qu’il n’y est plus d’eau. Ajouter du sel.
Au moment de servir, dresser l’assiette avec des galettes et des champignons puis assaisonner d’un filet d’huile de noisette (à ne pas confondre avec l’huile de noix, l’effet en bouche serait très différent)

  • Tartelettes macaronées au chocolat blanc et passion curd

(Prévoir quelques spéculos pour la déco)

La base tartelette

Il s’agit en fait d’un macaron

La recette de Patiscaoch

Ingrédients :
Il est impératif de peser les ingrédients
– 125 g de poudre d’amande (si possible le passer au robot et tamiser)
– 225 g de sucre glace
– 100 g de blancs d’œufs
– 60 g de sucre semoule
Préparation :

Mélanger : sucre glace, poudre d’amande
Monter fermement les blancs d’œufs, serrer avec le sucre
Incorporer le mélange la poudre d’amande et le sucre glace sur les blancs
Mélanger soigneusement en grattant le fond et les bords du récipient jusqu’à ce que la masse fasse un ruban
Introduire l’appareil dans une poche (avec une douille de préférence)
Former des petites boules aplaties de pâte sur du papier sulfurisé en recouvrant la plaque du four : lisser les macarons en tapant sous la plaque
Laisser croûter (sécher) 20 minutes à température ambiante
Mettre au four
A four ventillé : 150/160°C (thermostat 5) 15/20 mn env.
A four traditionael : 170/175°C (thermostat 5/6) 15/20 mn env.

Ganache au chocolat blanc

Ingrédients :
– 5 cl de crème liquide
– 200 g de chocolat blanc
– 30 g de beurre

Préparation :
Faire chauffer la crème. Verser sur le chocolat et bien mélanger
Mélangez jusqu’à ce que le chocolat soit fondu. Laisser tiédir.
Hors du feu, ajouter le beurre non fondu et mélanger.
Placer ½ heure minimum au réfrigérateur.
Il est important d’ajouter le beurre hors du feu pour le laisser fondre délicatement et conserver le crémeux

Passion curd

Ingrédients :
– 2 à 3 fruits de la passion
– 3 œufs
– 100 g de sucre en poudre
– 1 cuillère à soupe de maïzena
– 30 g de beurre

Préparation
Battre les œufs avec le sucre jusqu’à ce que le mélange blanchisse. Ajoutez les fruits de la passion (si on n’aime pas les grains, on peut utiliser le jus) et la maïzena, diluée dans un peu d’eau.
Dans une casserole, versez la préparation. Ajoutez le beurre en petits morceaux. Faites cuire sur feu doux, jusqu’à épaississement sans arrêter de remuer avec un fouet. La crème épaissit au bout de 5 minutes environ.
Laisser refroidir un peu avant de dresser.

On peut la conserver une semaine au réfrigérateur.

Le dressage

Une coque, avec une poche à douille, napper de ganache chocolat blanc puis répéter l’opération avec le passion curd, saupoudrer de spéculos.