Luiguine aux fruits de mer

Premier essai fruits de mer

Verdict : On a tout mangé !

– 250 g de Linguine

– 25 cl de vin blanc

– 2 échalottes

– 1 gousse d’ail

– Du persil plat

– Des amandes (le coquillage) (5 par personne)

– Crevettes cuites (5 par personnes)

– Encornets (3 par personnes)

– sel et poivre au moulin

Dans une marmite, faites revenir les échalotes et l’ail émincées dans du beurre. Ajouter ensuite le vin blanc et les amandes. Laisser cuire à couvert quelques minutes, une fois les coquillages ouverts, vous pouvez arrêter la cuisson.

Réservez.

Faites cuire les linguine dans l’eau bouillante salée.

Reprenez la marmite, ajoutez-y les crevettes, les encornets coupés en rondelles et laisser chauffer 2 minutes. Ajoutez ensuite les linguine, le persil, salez et poivrez si nécessaire. Mélangez bien le tout.

C’est prêt, c’est bon, c’est facile !

Publicités

Les Vendredis du Vin #48

Buffy contre les vampires !

Si vous cherchez à un boire un cou !

Buffy, the vampire slayer – la tueuse de Sunnydale ! C’est une femme, elle est forte, elle a le sang chaud, et quand elle n’est pas pendue aux lèvres d’un mort-vivant, elle occis à coups de pieu et de lames tranchantes, vampires, sorcières et autres démons.

Son vin doit porter la griffe du Mal, vivant comme ceux qu’elle protège, mystérieux comme ceux qu’elle combat. Rouge comme le sang, puissant comme son ennemi, élu tout comme elle !

Bon, moi, j’ai goûté un merlot « Vampire » 1996, made in Romania…

Palais sensible s’abstenir, gare au tueur en série !

Ce vin-là est sauvage. Oubliez le soyeux, la délicatesse du vampire décadent et romantique. Il vous traine dans la poussière en vous faisant découvrir le vrai goût du sang. Métallique. C’est un crève-cœur à coups de pieu ! Bref, c’est pas bon.

Sinon, vous pouvez aller essayer d’autres quilles de la meute :

–        Un Merlot « Vampire »  Paso Robles, Californie

Celui-là ne craint ni la fraicheur, ni  le soleil, et se cultive sur un site côtier à proximité de Morro Bay et de l’océan pacifique… finalement pas très loin de Sunnydayle. Il s’épanouit, dit-on, au fil de journées brumeuses. Élevé dans son cercueil de chêne français et américain, on dit qu’il développe des arômes de fruits gracieux et se mélange pour finir à 8% de Cabernet Sauvignon et 8% de Zinfandel.

A la dégustation, c’est un mystère, tout comme le mythe… Mais d’autres vins plairaient sûrement à Buffy :

–        Le Vin des Vampires, tout droit venu de Transylvanie et fait avec les raisins de l’immortalité.

–        Un cabernet sauvignon « Vampire » 1999 Californie  dracula-wines

–        La cuvée fantôme « Old Witch », un vin norvégien maléfique (tellement maléfique qu’il n’existe pas)

Bientôt tous les vins en série sur le blog de Sonia et un superbe compte rendu

Moins que zéro – ou à quelle température faut-il consommer chocolat, thé, vin et autres huiles d’olive ?

Si certains mets vous mettent la fièvre pendant des heures, d’autres résonnent comme la vengeance et se mangent froids !

Si votre corps se consomme à 37,2 ° le matin à nu, vos gourmandises préférées, elles, se parent d’un accessoire aux allures de sex toy : le thermomètre !

Aussi, pour vous faire plaisir sans retenue, vous vous devez de prendre soin de ce que vous allez consommer. Vous l’avez choisi, sélectionné, chiné même et maintenant il est là, entre vos mains, prêt à faire connaissance avec votre nez et votre bouche.

Pour beaucoup de ces merveilles on nous conseille la température ambiante. Foutaise ! En plein hiver chez moi il fait 21° et chez vous ? Sur la terrasse des vacances de mes parents il fait 45° et dans la maison 30… Alors quand on vous parle de température ambiante c’est comme si on vous disait « Démerdez-vous ». Voici donc quelques indications pour consommer la substantifique moelle.

La Raison dit : Plus un vin est riche et tannique, plus sa température de service sera élevée. Au contraire, plus un vin est léger et fruité, plus sa température de service sera fraîche. Un bordeaux rouge à 17 ou 18°, un Bourgogne rouge à 15 ou 16°, un vin rouge d’Alsace entre 10 et 14°, un champagne entre 10 et 12°, un blanc sec entre 8 et 10° et un moelleux à entre 7 et 9°

L’Amour dit : Le vin rouge à 15-16°, le blanc à 10-12° ; les bulles à 10° sachant qu’il prendra quelques points dans le verre.

La Raison de la colère : On consomme l’huile d’olive souvent n’importe comment, on oublie qu’elle est issue d’un fruit et qu’il faut la préserver comme l’or.

L’Amour dit : On la conserve dans un endroit sec, frais et dans le noir, un peu comme votre vampire préféré. On la déguste à 36° et on assaisonne les plats avec une Huile d’olive entre 25 et 30°. Comment on fait : On utilise son corps et on la réchauffe avec nos 37,5°

La Raison dit : Nous dégustons le chocolat à une température de 18°/20° optimum pour le développement équilibré des arômes cacao et du sucre. Plus basse, elle empêcherait le développement de l’arôme cacao, plus haute celui du sucre serait anormalement présent, la sensation de sucre dans la bouche augmentant avec sa température.

L’Amour dit : On le conservera entre 12 et 18° et on le dégustera à 20°. Pour les ganache on fera monter la température à 22°

La Raison dit : L’idéal est de le rafraîchir plusieurs heures au réfrigérateur (entre +2 et +4°C) et de le sortir 15 minutes avant la dégustation. Attention à ne jamais placer le foie gras au congélateur sous peine d’abîmer sa texture et d’altérer ses arômes.

Mon Amour du foie gras dit : Jamais tu ne dégusteras un foie gras avant qu’il se soit posé 20 minutes hors du frigo dans une pièce à 19°

Les macarons d'Aza Délice

Les macarons d’Aza Délice

La Raison dit : A température ambiante… oui, la Raison vous emmerde !

L’Amour dit : On les conservera au frigo et on les mangera 1h30 après  si votre intérieur est à 19 ° ou moins sinon. S’il fait chaud, très chaud dans votre chez vous, dans ce cas, vous les sortirez ½ heure avant.

La Raison dit : Sortir les fromages du réfrigérateur au moins 1h30 avant le service pour que les arômes puissent se développer à température constante.

Marie Quatrehomme dit : on les sort 2 h avant du frigo à 15/16 °. Plus hot, à 16/18° pour les pâtes persillées comme le Roquefort ou La Fourme d’Ambert.

L’Amour dit : Si votre cocon est à 19°, on les dévorera 2 heures après les avoir sorti du frigo. S’il est à 25°,  ½ heure avant suffira

Une vidéo où l’on parle de fromage

http://www.unfromage.com/archives/fromages_et_videos/index.html

 

La Raison dit : La température idéale de service se situe entre 6 et 8°. Si on sert la bière trop froide, le goût en sera altéré et vos sensations gustatives diminueront. Une blonde perdra beaucoup de ses arômes en dessous de 6° alors que les brunes s’apprécient entre 8 et 15° parfois plus. Généralement, plus une bière est pâle, plus elle se déguste fraîche.

Desperados Kingston et autres bières aromatisées, Lambic 5°

Blanches 6 à 8°

Blondes Kronenbourg, 33, Kanter 6°

Heineken, Bud, Carlsberg, 1664, Pelforth, Fisher, Leffe blonde 8°

Belzébuth, Eau bénite, Julius 9°

Rousses, Ambrées

George Killian’s, Jenlain ambrée, Hobgoblin, ou Britt ambré 9° à 10°

Brunes

Affligem, Pelforth, Leffe Brune 9°

Chimay, Grimbergen 10°

Exceptions

Murphy’s, Guiness 10° à 15°

La source Paris bière

L’Amour dit : Bien assis, la tête bien calée sur un bon coussin et surtout en bonne compagnie, entre 6 et 8°

 

Là où la Raison n’existe pas il ne vous reste que l’Amour ! Se l’enfiler 10 à 15 min après l’avoir sortie du congélo.

La Raison dit : Le café devrait être préparé avec une eau chauffée à entre 90 et 96° pour obtenir un goût optimal. Une température plus élevée entraîne parfois un goût plus amer et une température plus basse élimine certains des arômes.

L’Amour dit : Je ne bois jamais de café alors faîtes comme vous voulez

La Raison dit, et elle a toujours raison :

Thés noirs de Chine : 90°à infuser 3 à 5 minutes

Thés noirs d’Inde , de Ceylan, et d’Afrique : 85° à infuser 3 à 5 min

Thés verts de Chine : 70° à infuser 3 à 4 min

Thés verts du Japon ou de Corée : de 50° à 60° à infuser 2 min

 A vous maintenant de souffler le chaud comme le froid !

Des bulles de la Loire en passant par la Suède

Pour cet apéritif, on boit dans la Loire, on se la joue femme/déesse et on mange du suédois. Bon d’accord, vu que je vais vous parlez de saumon et de truite ça pourrait être aussi la Norvège, l’Écosse… mais avec notre hôtesse du jour, une fois par semaine, on se la joue « Suédoise » donc ce sera la Suède !

Dans la vie il n’y a pas de destin juste des rendez-vous… et comme je suis ponctuelle, je suis arrivée à l’heure pour un « friend dating at the taf », il y a maintenant 5 ans et 5 mois.

Elle s’appelle Marion, et comme moi, c’est une femme de 38 ans avec deux enfants, faisant le même boulot que moi dans la même entreprise et mariée (mais pas au même mari bien sûr). Bref, on partage les mêmes choses que des millions d’autres femmes 😉

Mais ce qu’on partage sans concession c’est la bonne bouf’, les bonnes quilles, les grandes et petites discutions, les cocktails de folie.

Il faut au moins ça pour cette femme « Red bull ». Pas besoin de vitamines, elle est une barre d’énergie, un coup de pied au cul, une soft cocaïne !

Et comme ce qu’elle aime presque par-dessus tout, c’est les belles et bonnes assiettes et qu’elle sait faire, elle partage !

Le prétexte : Après une bonne séance de gym suédoise, il convient de se retrouver autour d’un Apéritif gourmand.

Voici donc un apéritif qui a fait mille et une fois l’unanimité et que forcément je lui ai piqué.

Sur le plateau : Des bouchées qui claquent, un cocktail qui pétille et un vin à peau rouge.

Ingrédients
– Feuilles de brick ou blinis grillé

– Crème fraiche épaisse

– Quelques goûtes de jus de citron

– Œufs de truite ou de saumon

– Concombre râpé

– Poivre fraichement moulu

Mélangez le citron et la crème.

Découpez, en leur donnant la forme que vous souhaitez, les feuilles de brick. Faites -les dorer au four pour qu’elles deviennent croustillantes. Si vous utilisez des blinis, faites-les griller. Vous pouvez également varier les plaisir en utilisant des chips de crevette.

Au moment de servir, déposez une cuillère à café de crème citronnée, des œufs de truites, le concombre et poivrez.

  • Aphrodite

Ingrédients pour 1 verre

– 1 demi verre de vin  rosé pétillant

– 2 cl de crème de framboise

– 2 cl de triple sec (cointreau, grand marnier)

– le jus d’un citron vert

Secouez le tout et appréciez

  • Le vin

Le Sitting bulles (Le pétillant à peau rouge) de Sébastien Fleuret

parce que cette fille-là pétille en toute circonstance !

A vous de buller et que l’énergie de Marion soit avec vous !

A table with Rachel Khoo

*The little Paris Kitchen

Photo du site thelittlekitchen

Lady Khoo nous a invité à la maison pendant des mois et a ainsi inventé le concept d’appart’resto car c’était à sa table, dans son appartement de Belleville à Paris qu’elle vous préparait des chefs d’œuvres

Photo du site thelittlepariskitchen

Photo du site thelittlekitchen

Aujourd’hui, vous pouvez vous faire plaisir en la regardant nous proposer si joliment sa Petite cuisine de Paris* dans son émission de télé.

Ou encore en lisant, que dis-je en vous léchant les babines avec ses mille feuilles :

(Je fais) Mes pâtes à tartiner aux Editions Marabout

Barres de céréales, muesli et granola maison aux Editions Marabout

The Little Paris Kitchen: Classic French recipes with a fresh and fun approach Editeur Michael Joseph

 Et si vous voulez passer une journée avec Miss Khoo. Elle adore l’a fait… mais vous ne la trouverez jamais aussi inspirée que dans sa cuisine 😉

Photo de thelittlepariskitchen

Photo de thelittlepariskitchen

L’huile d’olive

De l’or dans ma cuisine…

« La verdad, commo el aceite, queda siempre por encima. »

« La vérité est comme l’huile, elle remonte toujours à la surface. »

Et maintenant il s’agit non point de s’oindre d’huile… quoique chacun fait c’qu’il lui plait ! En ce qui me concerne je m’en vais satisfaire votre plaisir et flatter tous vos sens autour d’un menu ….. (trouver le nom de mon menu)
 
Et pour ceux qui ne veulent pas cuisiner … on peut aller déguster au Bellotta-Bellota. 
4 huiles et un menu autour du jambon Bellotta-Bellota, d’un manchego, d’une torta de Salamanca ou de Jabuguitos iberico…)

Tout sur l’huile d’olive

Ado j’avais une utilisation très personnelle de l’huile d’olive. Loin de ma bouche et ignorante des saveurs qu’elle offrait, elle me servait de produit de beauté. Mélangé au citron, c’était un baume pour le corps, pure c’était un embellisseur précieux pour les cheveux, avec du miel, un soin pour les lèvres… mon huile prodigieuse.

Je n’imaginais pas une seconde à cette époque qu’elle deviendrait ma matière première indispensable en cuisine.

Furieuse consommatrice de cet or liquide, cet élixir n’est jamais bien loin de ma plaque à induction (ah oui, pour ceux qui suivent, j’ai occis MES PLAQUES ÉLECTRIQUES et investit dans l’induction… un ange passe). Ça c’est fait.

Donc, l’huile d’olive, je la maintiens toujours à l’abri des regards, au frais et au placard. Tout ce qui est précieux ne mérite-t-il pas les meilleurs égards ?

J’ai donc commencé à l’apprécier grave… pour cuisiner puis crue avec du pain jusqu’à la déguster à la cuillère.

L’Olivier :
 
Dites, Andalous de Jean
Altiers ramasseurs d’olives,
Dites-moi au fond du cœur,
Qui a fait naître l’olivier ?
Ce ne fut pas le néant,
Ni l’argent, ni le Seigneur,
Mais la terre silencieuse, le travail et la sueur…
 
Quand l’étiquette vous conte fleurette… ou pas.
– En mode Extra vierge c’est une huile d’olive de compèt’ de catégorie supérieure obtenue directement des olives par des procédés mécaniques. Pour la vierge, même procédé que la précédente mais de catégorie inférieure. Enfin, la « vilaine » , une huile contenant des huiles d’olives ayant subi un traitement de raffinage et des huiles obtenues directement des olives. En France, on consomme quasi exclusivement de l’huile d’olive extra vierge.
 
– Vos papiers svp : Appellation d’Origine ou l’Indication Géographique Protégée.
– La saveur et l’arôme… Faîtes confiance à vos sens.Fruité, amer et piquant.

Tremblez enfants de l’olivier… ou quand l’huile d’olive c’est mieux que la cocaïne !

Quatre bouteilles sur cinq d’huile d’olive extra-vierge « italienne » sont en réalité coupées avec de l’huile étrangère sur un marché qui pèse cinq milliards d’euros par an.  20% contiennent autre chose que de l’huile d’olive, des feuilles, des branches, de l’huile de tournesol, colza ou de soja (moins chères), de noisettes aussi, et un assortiment de produits chimiques allant du savon au solvant. grrrrrrr

Pour ne pas se faire tirer comme un pigeon, ce qu’on doit trouver comme info…

– Le pays et la région de provenance.

– La date de péremption (qui ne devrait pas dépasser 24 mois après la date de mise en bouteille). Souvent les deux dates apparaissent. Si vous ne trouvez aucune de ces dates, choisissez un autre produit.

– Le label de qualité qui est une garantie juridique de provenance géographique et des cultivars qui correspondent à la région. DO en Espagne (17), DOP en Italie (37) et au Portugal (7), AOC en France (6), PDO en Grèce (20).

– Il arrive que le nom des olives apparaisse sur l’étiquette, surtout s’il s’agit d’une huile faite à partir d’une seule variété comme c’est parfois le cas en Espagne. La variété de l’olive ou le mélange de cépage marquera en goût l’huile que vous choisirez.

Ce qu’il y a de bien avec l’huile d’olive c’est qu’elle est plurielle et généreuse

 En France, on empoigne « la Picholine », « La Tanche », « Le petit Ribier », « La Salonenque » et pour savoir comment elles se goûtent et comment elles se vivent ! Allez respirer de ce côté-ci !

En Espagne, on s’abandonne avec « La Picual », « L’Hojiblanca »… compléter

Une huile d’olive à Paris découvert grâce à Guillaume qui ne s’injecte pas que du Morgon dans les veines ! : Arianna Occhipinti
R.A.P. L’épicerie
15 rue Rodier
75 009 Paris
01 42 80 09 91
 

Menu autour de l’huile d’olive

Autour de l'huile d'olive : Toutes les recettes sont pour deux personnes
  • Tuiles au parmesan et compotée de tomates et de poivron

Tuile au parmesan et émulsion de tomate huile d’olive

– 4 cuillères à café de Parmesan en poudre (2 tuiles par personne)

– 1 poivron

– 4 tomates

– 1 échalote

–  1 petite boite de concentré de tomate

– Origan

– Huile d’olive

– Quelques tranches de bacon ou selon les goût jambon fumé

– Un poignée d’olives noires

– Sel et poivre en grain

Faites cuir au four à 200 ° le poivron jusqu’à ce que la peau soit grillée. Placez-le dans un sac en plastique et réservez.

Pendant ce temps…

  • Préparez quelques tuiles de parmesan.

Chauffez une poêle à blanc, versez une cuillère à café de parmesan, aplatissez de sorte à former un disque et laissez fondre. Répétez l’opération autant de fois que nécessaire. Lorsque des petites bulles apparaissent, retirez la poêle du feu et déposez les tuiles sur du papier sulfurisé et réservez.

  • Préparez les tomates

Dans une casserole,  faites revenir les échalotes dans un peu d’huile d’olive, ajoutez les tomates coupées en dés, la boite de concentré de tomate, l’origan. Laissez mijoter et réduire environ 1/2 heure.

Pelez le poivron en le passant sous l’eau froide, enlevez les pépins et coupez-le en lamelles.

Ajoutez-le à la préparation de tomate, salez, poivrez au moulin et laissez encore mijoter 5 minutes (ajoutez un peu d’eau si nécessaire).

Dressez.

Une tuile, une cuillère de préparation tomates/poivron, une tranche de bacon grillé et quelques olives noires tranchées. Arrosez d’huile d’olive

  • Crevettes et asperges et sa réduction de carotte huile d’olive

– 10 crevettes

– 25 cl de jus de carottes

– 2 cuillères à soupe d’huile d’olive

– Poivre (choisissez un poivre en grain que vous passerez au moulin au dernier moment). Pour cette recette j’ai choisi le voatsiperifery que l’on peut trouver ou )

– Une dizaine de pointes d’asperge

– Quelques copeaux de parmesan

  • La réduction de carottes/huile d’olive

Dans une casserole, versez le jus de carotte et le poivre et laissez réduire pendant 15 minutes à feu doux

Pendant ce temps, faites cuire les pointes d’asperge dans l’eau bouillante salée pendant 7 minutes puis égouttez-les et passez-les sous l’eau froide. Réservez

Arrêtez la cuisson de la réduction de carottes.

Faites revenir rapidement les crevettes dans un peu d’huile d’olive.

Ajoutez 2 cuillères à soupe d’huile d’olive à la réduction de carottes.

Dressez. Déposez vos crevettes, assaisonnez de la réduction, déposez les asperges (si nécessaire repassez-les très rapidement dans l’eau bouillante) et parsemez de copeau de parmesan. Salez et poivrez les asperges si nécessaire.

– Huile d’olive

– Coriandre

– 5 coquilles par personne

– 4 carottes

– 4 navets

– 1 poireau

– 30 cl de bouillon de légumes

– 1 cuillère à soupe de sucre en poudre

  • Préparer les glaçons

Faites frémir l’huile d’olive à feu doux, hors du feu ajoutez quelques brins de coriandre. Verser cette préparation dans le bac à glaçon et mettez au congélateur.

  • Préparation des légumes

Dans une cocotte, versez un peu d’huile d’olive et déposez vos légumes préalablement épluchés, lavés et découpés. Mélangez à feu vif pendant 3 minutes, parsemez de sucre. Versez le bouillon et baissez le feu, laissez mijotez entre 5 et 10 minutes à couvert. Enlevez le couvercle et laissez cuire encore jusqu’à évaporation complète, le fond de la cocotte doit avoir caramélisé quand vous stoppez la cuisson.

  • Les coquilles

Poêlez les coquilles 3 minutes de chaque côté.

Dressez en déposant un glaçon d’huile d’olive juste avant de servir.

– 1 yaourt nature (à conserver comme outil de mesure)

– 4 gros abricots

– 2 pots de farine

– 1 pot d’amandes en poudre

– 1 pot de sucre

– 2 œufs

– 1/2 pot d’huile d’olive goût intense

– 1/2 sachet de levure chimique

– 1 gousse de vanille

Préchauffez le four à 180°C.

Mélangez la farine, le sucre, les amandes et la levure. Ajoutez ensuite les œufs, le yaourt, l’extrait de vanille et l’huile d’olive. La pâte doit être homogène.

Choisir des petits moules individuels dont le fond est de la grosseur des abricots, les beurrer.

Coupez les abricots en deux puis les poser face coupée au fond des moules.

Recouvrez de pâte.

Enfournez pendant 10 à 20 minutes, la pâte doit être bien dorée.

Vérifiez avec la pointe d’un couteau si vos gâteaux sont cuits, la pâte ne doit pas coller à la lame.

Démoulez délicatement, saupoudrez avec un peu de sucre et passer le chalumeau pour caraméliser l’abricot.