En mode Réunion #épisode 5 (fin)

Retrouvez les recettes de la réunion :

En mode Réunion #Episode 1 : Gratin de chouchous.

En mode Réunion #Episode 2 : Le Boucané bringelle

En mode Réunion #Episode 3 : Samoussas réunionnais

En mode Réunion #Episode 4 : Bouchons réunionnais (Je les ai servi avec du riz mais on m’a expliqué par la suite que cela ne se faisait pas… association à ne pas reproduire mais les bouchons étaient quand même un délice).

Et le ROUGAIL SAUCISSES

Il s’est fait attendre celui-là mais nous voilà toujours sous le soleil exactement !

Tu les sens là… les odeurs de fumet de saucisses, les effluves de curcuma, le combava qui te chatouille..? Allez lache-toi maintenant et croque dans l’rougail !

Celui-là je l’ai réalisé avec les saucisses fumées venues directement de la Réunion. Il existe également des saucisses fumées de poulet et il paraît que c’est à se damner…

« Le rougail est une préparation d’origine malgache, condiment indispensable pour accompagner le carry sur l’île de La Réunion.

Très épicée, elle se compose traditionnellement de tomates coupées en petits dés, de gingembre pilé, d’oignons émincés et de piments martin. Du combava ou du caloupilé peut y être ajouté. »

Les saucisses ça se gouttent bien avec du » riz zambrocal pomme de terre » et des haricots rouges.

Le zembrocal est parfois utilisé comme emblème de la société réunionnaise, chaque aliment gardant son goût tout en étant mêlé aux autres dans la marmite.*

• Pour le riz zembrocal pomme de terre :
Épluchez et coupez en dés les pommes de terre.
Versez 2 verres de riz, rincez votre riz 2-3 fois avec de l’eau froide, afin d’enlever l’excès d’amidon (au début l’eau sera blanche et plus vous rincer plus l’eau sera transparente).
Ajoutez les pommes de terre, la cuillère à café de curcuma, le thym et 1 cuillère à soupe d’huile de tournesol. Remuez.
Recouvrir le riz d’eau. Pour vérifier qu’il y est la bonne quantité d’eau, tassez légèrement le riz, poser votre index sur le riz, l’eau doit arriver au milieu de la 1ere phalange.
Si vous avez un autocuiseur, enclenchez le et laissez cuire tout seul.
Si vous utiliser une casserole, faire cuire sur feu doux. Le riz est cuit lorsqu’il a absorbé toute l’eau.

Rougail de saucisses fumées de la Réunion

Rougail saucisses

Ingrédients pour 2 personnes

– 4 à 6 saucisses fumées (quantité selon votre gourmandise)

Vous pouvez utiliser des saucisses de Morteau et si vous aimez les saucisses vraiment fumée (perso j’adore), utilisez des saucisses de Montbéliard.

– 4 tomates

– 4 oignons

– 1 cuillère à café bombée de curcuma

– 1/2 cuillère à café de gingembre en poudre

– 30 g de beurre

– 1 pointe de piment fort en poudre

– 2 gousses d’ail

– 1 combava

Préparation

Faites désaler les saucisses dans l’eau bouillante pendant 20 à 30 minutes.
Égouttez-les et découpez-les en rondelles. Faites-les revenir dans le beurre quelques minutes (5 minutes devrait suffire). Réservez.

Préparez le rougail.

Émincez les oignons et faites-les revenir dans le beurre à feu moyen. Découpez les tomates en petits cubes. Ajoutez-les aux oignons, mélangez laissez mijotez à feu doux 5 minutes. Ajoutez ensuite le piment, le curcuma, le gingembre, l’ail écrasé et râpez le combava (quantité selon votre goût). Ajoutez les saucisses et laissez mijotez encore à feu doux 1/2 heure..

Je l’ai servi avec du riz. Vous pouvez ajouter des haricots rouges cuits avec du curcuma et un zeste de combava, c’est délicieux.

 

Source : Goutanou
Publicités

Je suis restée pour le p’tit déj’

C’est vrai que c’est pas mon genre 😉

Non mais c’est vrai, mais comme Guy Savoy a insisté, j’ai dit « Ok, Guy mais juste pour ton ptit déj’ »

Après ça j’ai vu quelques étoiles… normal en même temps, il m’avait bien toqué quand même.

Devant la table dressée, l’adjectif « Petit » a perdu toute son utilité car c’est bien devant un déjeuner que je me suis retrouvée.

Ça s’agite un peu du côté de l’équipe de « Monsieur », ah oui c’est comme ça qu’il faut l’appeler ou « Guy » si c’est ton pote. Il déteste, limite vomit le « Chef ».

Un jeune homme vient me demander si je veux boire quelque chose… mon dieu c’que j’ai soif (bah oui après avoir couru pour déposé les enfants à l’école puis avoir traversé Paris en RER et métro…), je lui demande un verre d’eau.

Il semble contrarié, avec politesse la contrariété, mais je vois bien qu’il est un peu embêté… Je l’observe (oui je sais c’est pas sympa), il recherche un verre (« mais quel genre de verre je vais pouvoir lui donner »)…

Il en prend un, le repose, le reprend, le montre discrètement à sa collègue, qui semble aussi embêtée que lui.

Mon dieu, mais qu’est-ce que j’ai fait, voilà que j’ai deux personnes pour me donner à boire… bon en fait ça me fait sourire.

Toute cette mascarade a eu lieu très discrètement, personne n’a vu sauf moi, la vilaine 😉

J’avale mon verre d’eau cul sec, me voilà prête à apprécier la cuisine de Monsieur Guy.

A savoir :

Si pour Guy Savoy le restaurant est le « dernier lieu de civilité », sa cuisine attendrirai même un ours… à la plancha l’ours !

Il donne, enfin il te fait payer quand même, une cuisine centrée sur le produit. Avec lui quand tu manges une huître, tu manges une huître et rien d’autre… Attention, l’huître, il te la sert déclinée : purée d’huître, huître et gelée d’huître… te voilà avec dans la bouche une huître qui goutte encore plus qu’une huître. C’est compris ?!

Pour lui, la gourmandise a le visage de son petit fils après qu’il a mangé un mille feuilles…

La belle solitude a le goût d’une assiette de pâtes aux tomates séchées qu’il a réhydratées, le tout réchauffé dans la cheminé… comme ça l’assiette reste chaude (on ne sert pas des pâtes dans une assiette froide !)

Le produit, il le cherche, le chine même. Il te le rend tel quel… en tout cas, c’est là tout son art, tu crois qu’il n’a rien fait pour te le servir et en fait tu sais que ce fondant là, ce croquant, cette volupté, c’est le fruit du travail d’un maître…

A table maintenant

Pour le connaitre un peu plus rendez-vous sur France 5 le vendredi 3 mai à 21h30. Dans la collection « Empreintes » le documentaire  « Guy Savoy, l’aubergiste étoilé ».

Purée d'huitre, huitre et gelée d'huitre

Purée d’huître, huître et gelée d’huître

Velouté de petits poids, œuf de caille et toast au beurre

Velouté de petits poids, œuf de caille et toast au beurre

Soupe de lentille et persil frit

Soupe de lentille et persil frit

soupe d'artichaut à la truffe noire, brioche feuilletée aux champignons et beurre de truffe

Soupe d’artichaut à la truffe noire, brioche feuilletée aux champignons et beurre de truffe

Tourte à la volaille et son jus de viande

Tourte à la volaille et son jus de viande

Il y a eu aussi une cruelle bouchée… un cœur de canard, mais trop occupée à le déguster, je ne l’ai pas flashé…

Saumon givré et bouillon à la citronnelle et citron caviar

Saumon « figé » sur le glace et bouillon brûlant à la citronnelle et citron caviar

On s’arrête un instant sur le saumon. Celui-ci est cru, puis cuit sur de la neige carbonique, déposé dans une belle assiette creuse, parsemé de graines de citron caviar et arrosé de bouillon pour le pocher. En bouche, cela a été une vrai découverte pour moi. Chaud à l’extérieur, glacé à l’intérieur avec le citron caviar qui claque sur la langue !

Meringue suisse et crème des alpages

Meringue suisse et crème des alpages

Il y a eu de belles brioches caramélisées à la praline, au chocolat, aux raisins… Il y a eu du thé, du café, des jus de fruits… mais personne ne m’a proposé du chocolat au lait… dommage, je ne bois que ça. Il faut croire que je suis trop grande pour jouer dans la cour des petits.

On a terminé par le chariot des p’tites douceurs (j’aurais bien embarqué tous les pots à la maison)

Riz au lait à la vanille, riz au lait à la praline, mousse au chocolat, crème caramel

Riz au lait à la vanille, riz au lait à la praline, mousse au chocolat, crème caramel

Pour gouter, il va falloir aussi « légèrement » affamer votre compte en banque :

Menu « Autour de la soupe d’artichaut à la truffe noire »
en moins de 90 minutes à 150€

Menu Prestige (9 plats hors boisson) 330 €

Menu « Couleurs, Textures et Saveurs » (11 plats hors boisson) 360 €

Et c’est là que ça se passe :

A Paris

– Restaurant Guy Savoy

18, rue Troyon

75017 Paris

Tél : 01 43 80 40 61

E-mail : reserv@guysavoy.com

– Le Chiberta

– Les Bouquinistes

– L’Atelier Maître Albert

Et un restaurant à Las Vegas et un à Singapour

Le site : http://www.guysavoy.com/

Je croquerais bien dans un Alien.

Pour un « trash apéritif » je vous invite à croquer la bestiole… mais non, revenez,  je ne vais pas vous faire avaler des couleuvres ou des insectes comme ce grand fou de « No wine is innocent « 

En bref, j’ai juste croqué dans une crevette.

Et j’ai moi aussi testé la crevette litchi… je dis « aussi » parce qu’on la trouve partout celle-là. C’est que ça se multiplie vite les bestioles.

Tu l’as chez Marmiton, chez « Fleur de sel et caramel« , chez « Les belettes aux fourneaux » et tant d’autres…

Moi je l’ai découverte chez Marion, la même qui m’a fait croquer dans les œufs de truite.

Pour les miens, côté présentation, ça ressemblait un peu à des tapas aliens, j’ai avalé le premier et je me suis dit « P*** que c’est bon les aliens ! »

Alors voilà la recette de Marion reproduite par moi-même.

Crevettes, litchi, menthe

photo(28)

Faire mariner les crevettes quelques heures avant dans un mélange citron vert/vinaigre balsamique/huile d’olive/gingembre frais émincé finement.

Prendre des litchis en boîte et pas des frais (impossible à dénoyauter sans se déchiqueter), y glisser une feuille de menthe fraîche puis la crevette marinées et… c’est tout!

Loca loca la Francesa… et on aime ça.

Un apéritif de la semaine (le retour) spéciale dédicace

La Francesa aux fourneaux !

L’apéritif de la semaine est une rubrique qui ne paraît pas toutes les semaines (cherchez l’erreur ;-)). Dans cette rubrique j’ai souhaité mettre à l’honneur, le temps d’un post, un(e) ami(e), un blog et son auteur(e)… Une façon pour moi de les remercier pour l’inspiration, leur partage, leur expérience… Je leur « pique » donc leur recette 😉 et leur offre un vin et cocktail…

Te voilà donc dans de beaux draps ma belle et cuisinée aux petits oignons

Cette fille-là je ne la connais pas (je veux dire par là qu’on ne s’est jamais rencontrée). Reine des « tapas locas« , elle m’a tapée dans l’œil ou plutôt a su frapper là où ça fait du bien… mon estomac.

Elle brave les patatas avec panache, elle inspire et s’inspire de tout… Entre ses mains,  le superflu devient nécessaire.

Elle te donne de l’amour en bout de table et à l’espagnol s’te plait !

Sur son blog, tu trouveras la fuerza, elle te mettra la sauce, te prendra pas pour une morue et te dira tout, justement, sur la « bacalao* ».

Elle tranche, planche, flash !

Elle scande « Cocinar es un acto de amor (Martín Berasa) » et le prouve à travers chacune de ses recettes, inventées, inspirées, revisitées.

Son éventail de recettes est plus coloré que le Rainbow flag.

Et en plus elle est généreuse… plus d’excuses maintenant, tu peux la

« googleplusseriser, liker, fanatiser, follower, instagramer, piner pinterester, foursquariser » C’est elle qui le dit 😉

Pour elle, un vin rosé qui pétille :

La « Grande Sendrée » de Drappier , seguro !

photo(19)

Côté cocktail, on shake olé olé pour la Francesa.

Pour elle et dans son verre c’est « El Liberator »

cokctail-liberator-rhum

Cocktail savamment secoué devant mes yeux il y a quelques mois à la Conserverie (Paris)

Dans la boite tu distilles :

– 45 ml de rhum brun (El Diplomatico Réserva, rhum vénézuélien d’une grande finesse et très parfumé)

Pour en savoir plus sur ce rhum vous pouvez aller passer un Week end à Rhum)

– 25 ml de jus de citron jaune

– 15 ml de sirop de sucre de canne

– 1 tige de citronnelle

– 1 tranche de gingembre frais

– 3 traits d’Angostura

– 1 blanc d’œuf

Pour la déco, des tranches fines de gingembre et de la noix de muscade râpée.

Et la bouchée d’inspiración « culinaresque » de la Francesa !

Sa tuile à l’oignon

cf son post du 14 décembre 2012 légèrement revisitée et surmontée d’un éclat de foie gras poêlé.

photo(31)

Je n’ai pas réussi à faire tout pareil que toi La Francesa, j’ai décidé que c’était de la faute de mon four 😉 , et puis pour le mariage avec le foie gras j’ai aussi mis moins de sucre que pour la recette initiale. En tout cas le goût était là lui et l’oignon caramélisé avec sa pointe d’épice marié au foie gras cru poêlé c’était bien bon !

En attendant la nuit…

... Il y a le crépuscule.

Moment privilégié pour se sustenter, se délecter et amener doucement qui l’on souhaite là où l’on veut…

Ok, j’aurais pu vous dire « Apéro time ! «  Tout le monde aurait mieux compris, bah voilà, c’est fait vous êtes contents !?

Maintenant qu’est-ce qu’on mange et qu’est-ce qu’on boit pour un

Crépuscule time ?!

Du bon, du simple, de l’efficace.

Merguez caramélisée

merguez caramel

Pour 2 personnes

– 4 merguez, des bonnes, de très bonnes. Sélectionne ton boucher sans clémence, la merguez grasse et blindée de colorant on évite, c’est grave !

– 3 cuil. à soupe de miel, on en trouve de l’excellent dans Les paniers d’Hélène

– 3 cuil. de sauce soja

– 1 cuil. à café de romarin

– 4 ou 5 olives de Kalamata (on en trouve très facilement sur les marchés)

Passez 5 minutes les olives dans l’eau bouillante. Mixez-les.

Dans un récipient, mélangez le miel, le soja, le romarin et les olives.

Coupez en morceaux de 2 cm les merguez. Placez-les ans un plat allant au four et arrosez du mélange miel/soja/olive. Faites cuir à 180° pendant 30/35 minutes. Vérifiez la cuisson de temps en temps. Une fois les merguez cuites, enlevez le gras s’il y en a trop et laissez encore caraméliser (entre 5 et 10 minutes cela dépend de votre four). Les merguez devront être brillantes, glacées (effet du caramel au miel).

Servez.

Crème de panais et chips de jambon cru

creme-de-panais

Pour 2 personnes

– 5 panais

– 2 oignons

– 1 pomme de terre

– eau

– sel

– Huile d’olive

– 15 cl de crème fraiche épaisse

– 2 belles tranches de jambon cru (de Bayonne ou jambon espagnol)

– Une poignée de pignons de pin

Lavez et épluchez les légumes. Coupez-les en morceaux pas trop gros. Émincez l’oignon. Faites revenir l’oignon dans l’huile d’olive, lorsqu’il est translucide, ajoutez les panais et la pomme de terre. Recouvrez d’eau, salez et laissez cuire 20 à 25 minutes. Vérifiez la cuisson en enfonçant la lame d’un couteau. Celle-ci doit rentrer très facilement et la chair doit être tendre.

Utilisez un mixeur plongeur et mixez les légumes (panais, pomme de terre, oignon) en ajoutant petit à petit l’eau de votre bouillon. La texture doit être velouté. Si vous souhaitez un mélange plus liquide ajoutez de l’eau à volonté. Cependant, pour faire une crème de panais peu d’eau est nécessaire.

Ajoutez la crème fraiche te mélangez. Réservez

Sur du papier sulfurisé, placez les tranche de jambon, passez-les au gril 5 à 7 minutes.

Servez la crème de panais dans un contenant au choix (verrine, bol, ramequin…), déposez une chips de jambon et parsemez de pignons de pin.

Voilà deux amuses bouche crépusculaires à la fois tendres et corsés.

Pour boire en attendant le soir

Alternapif du Domaine Les Sabots d’Hélène. Laissez-vous emmener dans le noir par Alban michel et Hélène.

Le p’tit mot de Vindicateur

Les grands mots de Vindic

alternapif

On sort les armes de séduction massive

Un peu de noir pour les yeux, un peu d’ivoire pour le teint et du rose pour les lèvres…

Pour seul vêtement… un Drappier rosé

Ce champagne là, il te caresse, il tient ses promesses… Bien bâti, il assume son côté féminin par la finesse de ses bulles, il porte le rose bien mieux que Barbie et te balance l’air de rien une belle claque sur la langue. Délicat et brutal, il est le fantasme du bad boy.

Drappier t’es fichtrement bon, il fallait que je te le dise.

Champagne-drappier

Pâtes fraiches à l’encre de seiche et ses crevettes au curry

pâtes encre de seiche

Pour 4 personnes

Pour les pâtes à l’encre de seiche

– 500 g de Tagliatelles fraiches

– 5 tomates fraiches

– 20 cl de vin rouge

– 1 gros oignon

– 1 gousse d’ail

– 1 cuil. à soupe de concentré de tomate

– 2 verres d’eau

– 2 cuil. à soupe d’huile d’olive

– 1 sachet d’encre de seiche (vous en trouverez chez un traiteur italien assez facilement)

Encre de seiche

– Du romarin

– sel/poivre fraichement pilonné

Pour les crevettes au curry

pâtes encre de seiche et crevettes curry

– Comptez 6 crevettes fraiches moyennes et cuites (évitez les trop gros calibres que l’on préférera à la plancha) par personnes

– 1 cuil. à café de mélange curry les mélanges d’épices de Roellinger sont excellents, il y a aussi une belle sélection sur Le relais de Rungis

– 2 belles cuil. à café de graines sésame grillées

– 1 gousse d’ail

– 1 cuil. à soupe d’huile d’olive

– Sel

La sauce

Dans une poêle à fond épais, faites revenir à feu doux l’oignon émincé dans l’huile d’olive, ajoutez l’ail écrasé.

Pendant que les oignons se colorent, faites bouillir de l’eau et déposez-y les tomates quelques secondes afin de pouvoir enlever leur peau facilement.

Coupez les tomates pelées en petit dés. Faites-les revenir avec les oignons et l’ail. Ajoutez le concentré de tomate, l’eau, le sel et le romarin et le vin. Laissez mijotez 15 minutes à couvert.

Ajoutez l’encre de seiche et mélangez. Laissez encore cuire 5 minutes à découvert.

Réservez.

Les crevettes

Épluchez les crevettes.

Dans une poêle, versez l’huile et faites chauffer légèrement. Faites-y revenir les épices et l’ail émincé. Ajoutez les crevettes et enrobez-les bien. Ajoutez les graines et salez si nécessaire.

Réservez au chaud

En même temps faites bouillir beaucoup d »eau pour les pâtes avec une cuil. à café de gros sel. Préférez une cuisson al dente.

Dressez

Pâtes/sauce à l’encre de seiche/crevettes et poivrez

encre de seiche et Drappier