Foie gras

Si ma première fois il y eut beaucoup d’enthousiasme, la deuxième fut glaciale et explosive.

Quant à la troisième… elle ne fut que … plaisir et satisfaction.

Je vous l’écris souvent, sur Chef toi-même on ne vous parle que de cuisine, tout le monde a donc bien compris que je vous parle de foie gras bien sûr.

J’ai donc fait mon premier foie gras et je vous le livre avec la même simplicité qu’il m’a fallu pour le faire.

Largement meilleur que la plupart des foie gras de super marché, bien meilleur que celui de pléthore de traiteurs dit de « Grande maison », pas meilleur que celui fait maison de Stéphanie d’Un mets dix vins que j’ai eu la chance de  goûter un jour… mon foie gras à moi était convaincant et plusieurs bouches l’ont savouré et apprécié.

Je ne tire cependant aucun honneur de cette réussite puisque j’ai suivi une recette et un tutoriel vidéo.

A vous d’essayer et vous pouvez me croire c’est aussi simple que ça en a l’air.

Foie gras au vin rouge et au gingembre*

foieJPG

– 1 foie gras de canard dénervé

– 2 cuil. à café de fleur de sel

– 2 cuil. à café de poivre fraichement pilonné (j’ai utilisé le poivre Malabar)

– 20 cl de vin rouge

– Poivre très parfumé (j’ai utilisé une baie : Le poivre de )Tasmanie

– 2- cuil. à café de sucre en poudre

– 2 cuil. à café de gingembre frais émincé

– 15 g de beurre

– 2 cuil. à café d’huile d’olive

Séparez les deux lobes du foie, parsemez de sel et de poivre (le Malabar). Dans une casserole, mélangez le vin, le sucre et le poivre (Tasmanie) et laissez chauffer jusqu’à ce que le mélange soit sirupeux (cela aura réduit de moitié). Versez la totalité sur le foie. Recouvrez de film alimentaire et réservez au frais au minimum 1h, vous pouvez aussi le préparer la veille et le laisser mariner toute la nuit.

Faites revenir le gingembre dans l’huile et le beurre.

Sortez le foie mariné et parsemez le gingembre sur l’ensemble du foie.

Utilisez deux feuilles de film alimentaire que vous poserez à plat. Déposez les deux lobes l’un contre l’autre et enroulez avec le film alimentaire en formant un saucisson bien compact. Refermez aux extrémités et enroulez de papier aluminium.

Faites cuire le foie à la vapeur pendant 15 minutes.

Laissez refroidir puis placez au frais 24 heures minimum. Il sera encore meilleur 48 h après et vous pouvez le conserver de la sorte jusqu’à 7 jours au réfrigérateur.

Pour une leçon filmée tout en douceur et esthétique : http://www.pinterest.com/pin/11329436536514699/

2014_10_27_16_49_11_Épinglé_par_Picard_Surgelés_sur_Recettes_filmées_by_Picard_Pinterest

 

 

*by Picard

 

Publicités

Fastronomie : #épisode 3 Brushetta et tartinades

Pour sortir de l’exceptionnel et du génial et proposer des recettes débordantes de simplicité, rapides à réaliser, avec des produits qu’on peut trouver partout.

Tout a commencé ici

Apéritif ou buffet (suite et fin)

On se sert un verre…

La Tartine ou brushetta

Photo du billet "Brushetta" sur Chef toi même

Photo du billet « Brushetta » sur Chef toi même

L’ingrédient à ne pas oublier quelque soit la version choisie c’est l’huile d’olive vierge extra, soit en filet à fin de la préparation, soit pour en imbiber le pain avant de le garnir.

Optez pour des petites tartines (plus facile à manger).

Rien de plus simple et on peut faire tous ce qu’on veut avec. Froide ou chaude…

On choisit le pain, on le toast ou pas. On le tartine ou pas…

Quelques idées de tartinade

Anchoïade, tapenade, pesto, crème d’artichaut, caviar d’aubergine, caviar de tomates séchées, fromage à tartiner, fromage à tartiner que vous avez aromatisé d’herbes ou d’épices…

A déposer sur le pain

Fromage à pâte dur en chiffonnade, jambon de pays ou cru, saumon fumé, tomates fraiche, concombre, tomates confites, fines lamelles de carotte crue, salade, fromage de chèvre, de brebis, mozzarella, ratatouille, foie gras, sucré/salé avec du magret et du melon par exemple ou pomme/chèvre/miel, à l’indienne en mélangeant des petits morceaux de poulet avec un mélange indien (on en trouve en bocal en supermarché au rayon exotique)…

Un plan shopping pour les tartinades de brushetta

– Chez Aix & Terra (leur artichonade est une tuerie !)

– Chez Jean-Marc Tachet pour le foie gras et les poissons fumés

A suivre…

Fastronomie : #épisode 1

Le prétexte : faire une cuisine rapide, simple et efficace.

Parfois il fait bon d’être simple en cuisine… les paillettes, le tralala, la burrata, le fruit top tendance et super bon mais quasi impossible à trouver et qui coûte la peau des f***, bref la chasse aux produits c’est fatiguant et franchement un peu de l’ordre de la masturbation intellectuelle ! (ok je m’y adonne aussi mais c’est pas le sujet là 😉 )

Pochoir de William Benhamou

Pochoir de William Benhamou

Idem quand je ramène ma fraise du jardin ou ma grosse poire de la ferme d’à côté… Même combat, même lutte ! J’ai pas de jardin moi (cri du cœur), et la ferme d’à côté est à 25 bornes minimum, hors d’atteinte des transports en commun (oui j’ai pas de bagnole non plus) et dans Paris les maraichers, pour la plupart, sont eux-mêmes radiopesticidés.

Et me la jouait pas « Je connais dans le 4ème arrondissement un super traiteur italien et dans le 18ème il y a un boucher du tonnerre et dans le 16ème un pâtissier d’enfer… » parce que là je deviens animal et j’t’étrangle, j’te passe à la casserole même.

J’explique rapide :

Moi pas le temps de me sniffer les lignes en couleur de la RATP pour remplir mon panier du meilleur.

Moi femme qui travaille, moi femme avec 2 enfants, moi femme qui a des amis à voir, moi femme qui fait les courses, le ménage, la lessive, les repas pour toute la famille, moi femme qui a un mari (un couple ça se bichonne aussi), moi femme qui gym suédoise, qui bad, qui yog toutes les semaines !

Voilà pour la tranche d’égo auto centrée et forcément (on est sur un blog de cuisine) tourné vers mon nombril (ou mon ventre si vous préférez).

Côté cuisine justement :

Faire la cuisine c’est un exutoire, je vous l’ai déjà dit c’est ma TAZ*. Il m’arrive aussi et souvent de chasser la bonne adresse, le bon plan, le bon produit, la bonne température.

Cependant, il arrive que tout cela me paraisse vain. J’avais penser à faire mes photos de plat avec un crâne humain dans le cadre, vous savez à la manière des Vanités. Histoire de rappeler tout de même aux fous furieux de la fourchette qu’on s’agite tous un peu dans le vide.

“La vie est une ombre qui passe, un pauvre acteur qui, son heure durant, se pavane et s’agite, une histoire contée par un idiot, pleine de bruit et de fureur, et qui ne veut rien dire.” Shakespeare

Photo du site 123rf.com

Photo du site 123rf.com

Non, non, j’vous fais pas une déprime, c’est juste que parfois tous ce bruit en cuisine me fatigue un peu, m’ennuie même… alors je m’extrais un peu de moi-même pour mieux pouvoir sourire de mes propres tribulations…

Tout ça pour vous proposer de sortir un peu de l’exceptionnel et du génial et pour vous proposer des recettes débordantes de simplicité, rapides à réaliser, avec des produits qu’on peut trouver partout.

Un peu d’ordinaire dans ce monde d’excès 😉

Apéritif ou buffet

Ouvrir une bouteille…

Féta à l’huile d’olive et aux herbes

feta

Coupez en petits cubes la féta. Dans un récipient hermétique ajoutez 25cl d’huile d’olive vierge extra, du poivre (en baie c’est mieux), du romarin, du thym, du basilique (frais c’est mieux mais le surgelé passe), une pointe de piment fort. Couvrez et laissez mariner une nuit minimum au réfrigérateur.

Feuilleté roulé merguez

Feuilleté merguez

Un remake oriental du feuilleté à la saucisse. Faîtes précuire 4 merguez au four (environ 15 minutes à 180 °). Déroulez la pâte et disposez une merguez ou deux au bord de la pâte et enroulez-là complètement.

Feuilleté merguezphoto5 photo4 photo2

Couper et mettre le rouleau au frais. Répétez ainsi jusqu’à épuisement des ingrédients. Badigeonnez les rouleaux avec de l’œuf battu. Coupez les rouleaux en rondelles et disposez-les sur une feuille de papier cuisson. Enfournez15 à 20 minutes jusqu’à que les minis feuilletés soient dorés.

Tartinade thon

Rillette de thon à l'harissa

Dans un bol, mélangez du beurre doux mou et de l’harissa. Ajoutez ensuite du thon en boite. Utilisez cet appareil pour tartiner du pain frais ou grillé.

A suivre…

*TAZ (Temporary Autonomous Zone / Zone autonome temporaire) : moment d’action dont la forme éphémère garantit sa pleine indépendance, moment où une zone est réappropriée et libérée de toute force étatique et commerciale.

La boulette

La boulette: un buzz qui nous arrive des États-Unis nous dit Le Monde*… Mouais. Je veux bien qu’ça buzz made in States mais quand même la boulette c’est un truc vieux comme le Monde.

Naissance de la boulette

Photo du billet "J'ai fait une boulette"

Photo du billet « J’ai fait une boulette » sur Cheftoimeme.com

En ce qui me concerne, la boulette est née dans la cuisine de ma mère. Elle (ma mère) nous la servait au poisson persillé avec du riz à la sauce tomate, ou encore au bœuf haché épicé avec des pâtes à la sauce tomate ou encore à l’agneau citronné avec des petits plombs (Tempestina) à la sauce tomate. (oui je sais on mangeait tout à la sauce tomate… en même temps on vivait en Normandie) 😉

La boulette c’était mon plat préféré avec les frites mélangées avec des œufs. Je pouvais la manger avec mes doigts (bon ok j’avais pas le droit mais dans mes rêves je me la choppais à pleine main et croquait dedans comme dans un fruit). C’est le mets par excellence des p’tits n’enfants et les adultes adorent ce plat simple, généreux, « gustativement » jouissif et avec lequel on ne s’ennuie jamais.

La boulette je la fais à toutes les sauces et je peux vous dire que dans les régions méditerranéennes y a bien longtemps qu’elle a « buzzé » ton assiette ! Dans tous les cas, qu’on fasse des boulettes en France, ou qu’on se la polpette en Italie, ce plat s’accoquine avec tous les ingrédients de la terre. C’est le monde que tu roules au creux de ta main et que tu manges. Les States peuvent aller se rhabiller avec le  « meatball »; substantif réducteur et sans imagination qui par définition implique que la boulette c’est qu’à la viande ! Il va falloir revoir le buzz les gars.

La boulette c’est d’abord une forme… ronde comme la terre, comme un ventre bien rempli, comme un cercle infernal et tentateur. Ronde et symbolisant presque la présence de l’esprit divin… ok je m’égare.

La boulette, tu peux la poêler, la plonger dans un bain de friture, la faire mijoter en sauce, à la vapeur, la plonger dans une soupe, la boulotter en sandwich, sur la pizza, la croquer crues, farcies. Tu peux la faire au poisson, à la viande, aux crustacés, aux légumes, aux fruits, au fromage, au pain (et oui), au riz, aux pâtes, à la pomme de terre…

La boulette a traversée les espaces et le temps et c’est en citoyen de la terre que tu vas croquer dans ta boulette ! C’est d’ailleurs dans le « De re coquinaria » d’Apicius que l’on trouve la première mention de la boulette.

Michèle Stroun dans son « Histoire de boulettes du néolithique à nos jours « défend l’hypothèse selon laquelle elle « serait la plus ancestrale des traditions culinaires, qu’elle témoignerait d’un moment de raffinement dans la confection des plats cuisinés »**

Alors soyons raffinés !

Boulette, polpette (Italie), kefta (Les Balkans), keftedes (Grèce), köttbullar (Suède), falafels (Liban, Proche-Orient), nuong (Vietnam), bitki (Russie), knödel (Autriche), meatball (Etats-Unis)…

Quelques idées

La boulette de fromage

*Cette recette est celle (en grande partie) d’une blogueuse culinaire, malheureusement je ne parviens pas à retrouver le nom du blog et le lien… si cette personne se reconnait qu’elle me pardonne et qu’elle n’hésite pas à se faire connaitre 😉

Mélanger dans un bol un fromage frais (chèvre, brebis…), saler, poivrer (de préférence un poivre à la saveur forte et pas piquant type poivre sauvage de Madagascar ou Tasmanie). Ajouter du miel de fleur, mélanger avec les mains et confectionner des boulettes en les roulant au creux de la main.

Variantes… Préparer un confit d’oignons en faisant revenir dans l’huile et à feu doux à la poêle des oignons émincés pendant 30 minutes. Assaisonner, déglacer avec un alcool de votre choix (cognac, rhum, whiskies…), mélanger, ajouter une cuillère à café de sucre roux et laisser encore confire 30 à 40 minutes.

Confectionner une boulette, déposer au centre un peu de confit et refermer la boulette en la roulant dans le creux de la main.

La boulette de viande surprise

* Inspirée de la recette du livre « Petits plats gourmands pour mamans au bord de la crise de nerf » aux Éditions Tana

Faire cuire des coquillettes (pâtes alimentaires).

Préparer boulette de viande : petite recette de base.

Mélanger de la viande de bœuf hachée, sel, poivre, une gousse d’ail, de la mie de pain, un jaune d’œuf, du cumin en poudre, de la coriandre en poudre, de la coriandre fraiche, du safran, une pointe de Has el hanout (mélange d’épices que l’on trouve dans les supermarchés et bien sûr chez Roellinger pour le meilleur). Former les boulettes et faire un creux dans la boulette, introduire une petite cuillère de coquillettes et refermer la boulette, la rouler.

Bien entendu, attendez-vous à d’autres boulettes sur le blog…

Pour tout savoir sur la boulette

– Petit traité de la boulette par Pierre-Brice Lebrun aux éditions Le Sureau Eds, juin 2009 (ajouter photo)

La boulette

– Éloge de la boulette : une histoire de boulettes, du néolithique à nos jours par Michèle Stroun aux éditions Métropolis, février 2001 (Photo)

stroum

Sources

*Article « Le boom de la boulette », M le magazine du Monde, 23.08.2013 par Boris Coridian

**Apologie de la boulette par Mélanie Roy

Sur la route…

Les vacances… déjà terminées pour certains, en cours pour d’autres, même pas entamées pour les plus chanceux…

Quand on aime manger, elles sont l’occasion de s’offrir en extra un voyage gustatif et plus si affinités…

Coup de foudre à Barcelone !

La ville en plein mois d’août (je sais, mais quelle idée !), on oublie, on passe.

Du bruit, des gens partout (j’en ai encore des frissons), des touristes partout et même des français partout… et non ce n’est même pas le pitch d’un film d’épouvante.

C’est à croire que toute l’humanité, dans tous ses états, se retrouve à Barcelone pour boire du Gyn tonic et manger du saumon frit… bon je vous l’accorde, le Gyn tonic c’est chouette aussi. Pour le saumon frit… j’ai quelques réserves, d’autant que ce mets s’érigeait en insulte lorsque j’étais enfant… mes sœurs ont souvent eu des têtes de saumon frit ????

Bref, je m’égare mais cette ville est étonnante et déroutante. On y trouve du vin naturel français servi sur table à 20 € dans un restaurant les pieds quasi dans l’eau. A la carte, un poisson du jour je cite « c’est un poisson du jour frit avec des arrêtes » et sans autre accompagnement que des couverts. Le poisson était très bon… Mais quelle étrange façon de manger 😉

Le Ca la nuri, qui nous a été indiqué par l’homme aux idées liquides et solides, est LE resto à faire sur la plage, ne serait-ce que pour sa carte des vins 😉

Photo de Antonin Iommi-Amunategui sur la plage de Barcelone au Ca la nuri

Photo de Antonin Iommi-Amunategui sur la plage de Barcelone au Ca la nuri

Sur la route toujours, nous avons gouté à l’âme du vin… et même pas eu besoin de vendre la nôtre…

Aux anges et entre belles âmes françaises et catalanes, nous avons savouré l’ànima del vi.  Bar à vins naturels en plein cœur de Barcelone. On y mange bon, on y boit bien et inversement. Un lieu unique dans cette ville de fureur, un lieu idyllique pour tous les amoureux.

L'anima del vi - Barcelon

Burrata

Burrata

vin l'anglore

A la rencontre de Benoît et Núria
L’ÀNIMA DEL VI
Vigatans, n°8
08003 Barcelone
España
Du Mardi au Samedi, de 17h00 à minuit

Toujours sur les conseils de notre guide virtuel

… La marche se poursuit pour me souffler davantage car au détour de l’Eixemple (quartier d’affaire à Barcelone) me voilà devant le Gresca.

Une carte des vins à ne pas louper, un excellent rapport qualité/prix et de quoi manger très étonnant et délicieux.

Gresca Resto

Oeuf soufflé et tagliatelles de pomme de terre à la crème

Oeuf soufflé et tagliatelles de pomme de terre à la crème

Tortilla cuite sous vide

Tortilla cuite sous vide

Dans mes bagages j’ai ramené…

Une recette de ce que j’ai appelé « Les pommes de terre mélangées avec des œufs »… pour ne pas froisser les puristes je ne la nomme pas Tortilla ;-), du chorizo, du jambon Bellota, du Llom iberico.

Le tout à poser sur la table façon tapas !

Les pommes de terre mélangées avec des œufs

Tortilla

Ingrédients

– 7 pommes de terre bio (je garde la peau)

– 25 cl d’huile de tournesol

– 6 œufs

– Sel et poivre

– 2 cuillères à soupe d’huile d’olive

Faites chauffer l’huile dans une poêle ou une friteuse. Lavez les pommes de terre, coupez-les en cube. Faites-les frire.

Battez les œufs en omelette, salez, poivrez.

Mélangez les pommes de terre frites à l’omelette puis reversez l’ensemble dans une poêle huilée à l’huile d’olive.

Laissez cuire pendant 4 minutes à feu moyeu, retournez et laissez cuire 2 minutes.

Servez.

Boulgour au thon en crumble de chorizo

chorizo

Ingrédients

– 200 g de boulgour

– 1 boite de thon naturel

– 1 demi chorizo

– 1 filet d’huile d’olive

Faites cuire le boulgour à l’eau (comme indiqué sur l’emballage).

Une fois cuit, ajoutez un filet d’huile d’olive.

Mixez le chorizo, ajoutez la chapelure et mixez à nouveau. Étalez le tout dans un plat qui va au four et faites cuire en position grille 7 minutes. Effritez avec une fourchette.

On dresse : le boulgour, le thon et on émiette le crumble de chorizo.

Franchement c’était super bon !

A vous maintenant de nous ramener à manger et à boire de vos vacances !

Nouveauté pour Chef toi-même : 
"Je valide mon inscription à Paperblog 
sous le nom d'utilisateur "Cheftoimeme""

J’ai fait une boulette

Le plat qui suit devait être à l’origine un tajine aux boulettes de bœuf. Au final, dans l’assiette et à la dégustation c’était super bon mais je ne saurais vous dire ce que c’était… surement pas un tajine en tout cas.

Mais POURQUOI ? Et bien tout simplement parce que je me suis laissée emporter par la fureur de suivre pleinement mon inspiration et surtout ma gourmandise. Du coup, tout ce qui me donnait envie est passé à la casserole…

Celui qui n’avait pas de nom

tajine-boulette

Ingrédients pour 2 personnes

Pour les boulettes

– 400 g de bœuf haché

– 2 cuillères à café de concentré de tomate

– 1 jaune d’œuf

– 1 demi cuillère à café de curcuma

– 1 demi cuillère à café de Ras el Hanout

– 1 demi cuillère à café de coriandre moulue

– 1 demi cuillère à café de cumin

– 2 petits citrons pressés

– 2 cuillères à soupe d’huile d’olive vierge extra pour la préparation + 1 pour la cuisson

– 1 piment oiseau séché

– 1 oignon haché

– 1 gousse d’ail écrasé

– Sel

Pour les légumes

– 5 belles pommes de terre à chair ferme

– 5 belles carottes

– 2 oignons émincés

– 1 demi litre d’eau

– 1 demi jus de citron

– 1 cuillère à café de ras el hanout

– 1 cuillère à café de gingembre en poudre

– 1 cuillère à café de cumin

– 25 cl de purée de tomate

– 1 cuillère à café de concentré de tomate

– 2 belles cuillères à soupe de miel de fleur

– Sel

Préparez les boulettes en mélangeant tous les ingrédients dans un bol. Confectionnez les boulettes. Dans un fait-tout versez de l’huile d’olive et faîte cuire les boulettes à feu doux en les retournant régulièrement. Laissez cuire 15 à 20 minutes. Retirez du fait-tout et réservez.

Lavez et épluchez les pommes de terre et les carottes. Coupez-les ne morceaux. Dans le fait-tout dans lequel a cuit les boulettes, faite revenir l’oignon émincé. Une fois qu’il est translucide, ajoutez les légumes. Mélangez et laissez cuire à feu doux 5 minutes en mélangeant de temps en temps. Ajoutez les épices et laissez cuir encore 2 minutes tout en mélangeant.

Versez le miel et laissez caraméliser.

Ajoutez ensuite le citron et le concentré de tomate. Mélangez puis incorporez l’eau et la purée de tomate. Salez et laissez cuir 10 minutes à couvert puis 15 minutes sans couvercle (prolongez la cuisson si les légumes ne sont pas cuits). Mélangez de temps en temps et vérifiez que la quantité de liquide reste suffisante pour que les légumes ne collent pas au fond de la casserole. A la fin de la cuisson il devra rester très peu de liquide.

5 minutes avant de servir, déposez les boulettes sur les légumes, couvrez et réchauffez le plat.

Sam’ cuisine…

Qu’est-ce qu’on fait dans la cuisine ?

Question quasi existentielle sur Chef toi-même 😉

photo(32)

Dans ma cuisine je me coupe du monde pour mieux vous le découper, le hacher menu même.

Véritable exutoire, cuisiner me donne le droit de trancher dans le vif, d’attiser la flamme, de saucer qui je veux et même de couper des têtes.

poularde de bresse

Sur la planche, les poulettes et les coqs, les crevettes et les gros poissons et moi je jubile à l’idée des couleuvres que je vais pouvoir faire avaler.

Dans ma cuisine, je recherche le « Zen émoi » torpillant mes invités de cocktails sans molotov.

alternapif

Photo de Du Morgon dans les veines

Photo de Du Morgon dans les veines

vin-grenouilles

Dans ma cuisine, je vénère les confits entre amis, me passe un peu baume au cœur, me remets de week end en enfer, fais l’éLoge de la folie, me la joue Sex in the kitchen, bois du rouge au lieu de broyer du noir.

creme-de-chorizo4.jpg

Dans ma cuisine, je passe du côté obscur de la force sans rougir et dans le même temps je sers allègrement la main de bouddha.

Dans ma cuisine je suis libre dans 5 m2 que je partage sans compter 😉

photo84.jpg