Pâtes au pesto de pistache et œuf mollet

A suivre dans le menu Voyage au bout de la nuit et découvrez quel vin peut l’accompagner

pates-pesto-oeuf

Ingrédients pour 2 personnes

– 300 g de pâtes type spaghetti ou linguine

– 3 cuillères à soupe de pesto de pistache

– 4 pétales de tomates séchées

– 1 beau morceau de parmesan

– Huile d’olive vierge extra

– 2 œufs

– une cuillère à café de vinaigre

– sel

Faites cuire les pâtes al dente

Égouttez et arrosez d’huile d’olive.

Préparez les œufs mollets

Il vous faut de l’eau, du gros sel et du vinaigre. Perso, je les loupe à chaque fois. Du coup j’ai investi dans un manège à œuf et le résultat a été très satisfaisant.

manege-oeuf

Les astuces des blogueurs

C’est moi qui l’ai fait !

Mon blog de fille

Cuisine et citations

Dressez les pâtes, parsemez de pesto*, déposez les tomates et le parmesan en copeaux et déposez l’œuf.

N’hésitez pas à réchauffer les pâtes avant de dresser.

* Celui que j’ai servi, je les trouvé dans une épicerie italienne du tonnerre à paris. C’est RAP épicerie. C’est un pesto 100 % naturel élaboré à base de pistaches, de sel, de parmesan, d’huile d’olive extra vierge et d’une pointe d’ail. Vous pouvez aussi le réaliser chez vous en pilonnant ces différents ingrédients.
 
pesto
Publicités

Macarons au parmesan et Bresaola

Une petite bêtise qui s’amuse en bouche et se la joue à votre table. Il batifole avec un concombre, se fond au parmesan et se pique d’une tranche italienne !  Déposez-le sur vos lèvres posées… il disparait.

Pour 10 macarons

– 1 blanc d’oeuf

– 80 g de parmesan fraichement râpé

– 20 g de chapelure

– 1 concombre

– 4 tranches de bresaola

– 1/2 cuil. à café bombée de Poivre de Tasmanie fraichement pilonné

Huile d’olive

 

Préchauffez le four à 150 °

Fouettez le blanc en neige et ajoutez petit à petit le parmesan, la chapelure et le poivre. Remuez.

Déposez des petits tas sur une feuille de papier sulfurisé. Aplatissez à l’aide d’une petite cuillère. Laissez cuire 10 minutes puis laissez refroidir.

Découpez le concombre en rondelle et dressez. Une rondelle, un macaron et une chiffonnade de Bresaola, un filet d’huile d’olive et piquez le tout.

 

Aubergine et bella vita !

Adoptez la diète méditerranéenne 

Légumes, fromage, beaucoup d’huile d’olive et consommation modérée de vin… écrit comme ça, c’est pas très glamour je vous l’accorde mais la cuisine étant avant tout une affaire de sentiments et de sensation, restez confiants.

  • Respirez, vous êtes en Italie !

Pour deux personnes

–         1 aubergine de belle taille

–         5 pétales de tomates séchées

–         10 feuilles de basilic + 2 pour la déco

–         1 œuf battu

–         1 boule de mozzarella di Bufala

–         Huile d’olive

–         Sel

–         Poivre de Tasmanie

Prenez l’aubergine à pleine main, taillez-là en rondelles, faîte-là transpirer un peu en lui offrant du sel. Faîte chauffer 5 cuil. à soupe d’huile d’olive.

Offrez un bain d’œuf battu à vos rondelles et faîte-les dorer dans l’huile chaude. Émincez les pétales de tomate séchée et les feuilles de basilic. Tranchez dans le vif une boule charnue de mozza di bufala.

Un flirt ardent peut alors commencer !

Une rondelle d’aubergine, une rondelle de mozza, des copeaux de tomates, du basilic, un filet d’huile d’olive, on recommence et on termine sur une tranche d’aubergine. On pare cette petite tentation d’une demi-tomate cerise et d’une feuille de basilic. On convoque enfin ce diable de Tasmanie.

Avec ça on a bu un vin de Loire du Domaine de l’R – Vin de France 2010. Cuvée « SO2 »

En parlant de SO2, il paraît qu’il y en a qui en abusent… No wine is innocent !

Viens, je t’emmène en Sardaigne

Tout près de la botte italienne, se trouve une île. Sur cette île… des vignes. Dans ces vignes… des cépages aux doux accents… Vernaccia di Oristano, Monica di Sardegna, Cannonau di Sardegna, Carignano del Sulcis… Prononcez-les  à haute voix, ça y est vous y êtes.

Maintenant que vous êtes installés, il va falloir passer à table… mais là c’est moi le guide. Je vous invite entre les murs capitonnés du Divinamente Italiano.

En rouge et noir, au bar avec un Prosecco bien pensé et sur le fruit, je suis bien. A table et en bonne compagnie (Aurélie, Laure et Antonin), j’y est passé un Jeudi Vin. Une fois par mois, Ines et Raffaella reçoivent pour faire découvrir une région en Italie à travers ses vins et ses mets. Le chef Matteo Oggioni se donne en cuisine pour votre plaisir et le mien !

Ces deux muses à l’accent ravissant vous servent et vous racontent… On est bien au Divinamente !

Un menu dégustation accord mets/vins de la Sardaigne en image.

Pane Guttiau gambas à la catalane à la façon de Alghero et un verre de Tyros 2009, Vermentino di Sardegna doc, Contini

Le Guttiau est un pain traditionnel, séché qui se conserve très longtemps. Un vin au nez acidulé qui vous rattrape par la main et vous emmène en ballade minérale.

Zuppetta à la Campidanese, chair d’oursins et verre de Ruinas 2009, Colli del Limbara igt, Cantine Depperu

Cette « zuppeta » était, pour l’occasion, un bouillon à base d’agneau, de pain à l’ail, de  copeaux de parmesan, d’oursin et de secrets. Pour le vin, si l’ambre avait un goût ce serait bien celui-là ! L’accord était bien trouvé, rien n’était écrasé.

Des lasagnes à base de pain séché et là aussi quelques secrets (peut-être des tomates cuites avec un bouillon d’agneau ? ) et la poutargue (œufs de mulet). Le vin avait la couleur du caramel et ce fut mon coup de cœur avec son petit goût de noix qui fait du bien.

Mulet, artichaut et petits oignons à la mode de Cabras et verre d’Insula 2011, Monica di Sardegna doc, Cantine Sardus Pater.

Quand la braise semble avoir flirté avec avec la terre ça donne un artichaut et un oignon fondant à croquer !  Toujours des secrets, peut-être un vinaigre pour déglacer et caraméliser ? Pour le vin, nous voilà devant un rouge en biodynamie. Celui-là c’est mon deuxième coup de cœur. Charmeur, il vous caresse le palet comme du velours… tellement doux qu’il vous surprend. Attention au coup de foudre !

Cochon de lait rôti, petite salade aux herbes de maquis et verre de Lillové 2009, Cannonau di Sardegna doc, Azienda Gabbas

Au nez, ce plat, nous a fait penser à de la volaille… étrange… Non, c’est bien du cochon et c’était bon, très bon même. Le vin m’a étonné par sa puissance, intéressant mais avec une petite longueur… dommage. Côté accords, les deux saveurs se font la part belle.

Soufflé de pecorino sardo au Mirto, miel d’arbousier et verre de Is Arenas Riserva 2006, Carignano del Sulcis doc, Cantine Sardus Pater

 

Un fromage de brebis de Sardaigne soufflant le chaud dans un écrin de miel… Du Carignan en sardaigne ? Oui m’sieur et c’est bon. J’y ai trouvé une note de café en bouche qui est loin de m’avoir déplu !

Un très bon moment pour moi et pour vous ?

Divinamente Italiano

28, rue Notre Dame des Victoires
75 002 PARIS
Tel : 01 47 03 38 41
contact@divinamenteitaliano.com

Du lundi au vendredi de 12:00 à 14:30
et de 19:30 à 22:30
Fermé samedi et dimanche

Un italien à ma botte

Le plus beau du quartier c’est mon épicier… lequel diriez-vous ?

Eh bien s’il ne doit en rester qu’un ce sera un italien.

Il Sannio… Quand on y a goûté on succombe et on est prêt à jurer qu’il n’y a rien de meilleur qu’un italien à la maison.

On y mange sur place, on y fast-food-classe, on emporte nos  trésors…

Dans l’assiette, on pique des tomates séchées farcies au thon, de tendres artichauts farcis de la même bête que sa voisine, et on se laisse fondre avec la burrata … hummm (soupir de plaisir).

Des Polpettine (boulettes de veau) à tomber… pas de gras, pas de fioritures, juste le goût !

Des Arancini (boules de riz panées farcies de mozzarella di bufala) à se damner… juré/craché

… et comme c’est bientôt Noël Il Sannio en a plein d’autres dans sa botte !

Pour nous, un vendredi soir d’antipasti de folie… pour vous, c’est quand vous voulez !

Il Sannio

247 avenue Daumesnil

75012 Paris

ilsannio@free.fr