Fastronomie : #épisode 3 Brushetta et tartinades

Pour sortir de l’exceptionnel et du génial et proposer des recettes débordantes de simplicité, rapides à réaliser, avec des produits qu’on peut trouver partout.

Tout a commencé ici

Apéritif ou buffet (suite et fin)

On se sert un verre…

La Tartine ou brushetta

Photo du billet "Brushetta" sur Chef toi même

Photo du billet « Brushetta » sur Chef toi même

L’ingrédient à ne pas oublier quelque soit la version choisie c’est l’huile d’olive vierge extra, soit en filet à fin de la préparation, soit pour en imbiber le pain avant de le garnir.

Optez pour des petites tartines (plus facile à manger).

Rien de plus simple et on peut faire tous ce qu’on veut avec. Froide ou chaude…

On choisit le pain, on le toast ou pas. On le tartine ou pas…

Quelques idées de tartinade

Anchoïade, tapenade, pesto, crème d’artichaut, caviar d’aubergine, caviar de tomates séchées, fromage à tartiner, fromage à tartiner que vous avez aromatisé d’herbes ou d’épices…

A déposer sur le pain

Fromage à pâte dur en chiffonnade, jambon de pays ou cru, saumon fumé, tomates fraiche, concombre, tomates confites, fines lamelles de carotte crue, salade, fromage de chèvre, de brebis, mozzarella, ratatouille, foie gras, sucré/salé avec du magret et du melon par exemple ou pomme/chèvre/miel, à l’indienne en mélangeant des petits morceaux de poulet avec un mélange indien (on en trouve en bocal en supermarché au rayon exotique)…

Un plan shopping pour les tartinades de brushetta

– Chez Aix & Terra (leur artichonade est une tuerie !)

– Chez Jean-Marc Tachet pour le foie gras et les poissons fumés

A suivre…

Publicités

Promotion canapé…

Canapés : Recette imprimable

… Ou des solutions face la crise.

En ces temps difficiles de chômage en fond d’écran, de licenciement à cause de truands et un horizon dit « bouché »… il est temps de tenter de sortir de la tournante tourmente !

Baisse des subventions par ci par là (youpi tralala)… entreprises aux mains d’un panier de crabes qui s’allient aux requins et aux méduses (si si il y a des personnes qui essaient de faire croire qu’elles ont 4 têtes et 12 bras). Spécimen très intéressant en cuisine…

Et UNE tentacule à l’encre de seiche et UNE !

Alors « Camarade, si les jeux sont faits, au son des (marmelades) on pourra toujours se marrer »*

Pendant qu’il y a encore de quoi faire bouillir la marmite, tu peux te la jouer « je remplis le ventre de mon boss pour qu’il ne touche pas à mon poste» ou je tente la promotion canapé !

Leçon n°1

Ferrer le gros poisson à base de saumon fumeux corsé au wasabi.

saumon-canape

Leçon n° 2

Miser sur le  sacré cochon et la menace « Orange mécanique » avec la tranche Bayonnée et le gouda jeune.

jambon-bayonne-gouda-canape

Leçon n° 3

Récupérer le beurre et l’argent sur une  note rose cochonne avec la p’tite crevette et son beurre arrangé.

crevettes-canape

Leçon n°4

Enfin, savourer à en rougir en s’enfilant un p’tit rouget.

 rouget-canape

Et si avec ça il ne mord toujours pas à l’hameçon, finissez-le façon « Le Grand blanc » de Henri Milan.

Photo du site www.vindicateur.fr

Photo du site Vindicateur

Souriez, votre CDD est prolongé 😉

La recette du beurre arrangé

Ingrédients

– 50 g de beurre

– 1 citron

– une dizaine de brins de persil

Mélangez le beurre en pommade, ajoutez un zeste de citron et le jus d’un demi citron. Émincez le persil et ajoutez-le à la préparation. Réservez pour tartiner les canapés.

Les canapés

Ingrédients

– 2 tranches de saumon fumé

– 5 g de wasabi en poudre

– jus de citron

– 10 crevettes cuites décortiquées

– Poivre de Madagascar

Gouda jeune

Jambon de Bayonne

– 6 petits rougets

– 6 tranches de pain de campagne

– 1 petit oignon émincé

– Huile d’olive

– Tranches de pain de mie sans la croûte coupées en quatre

– Le beurre arrangé

Confectionnez les canapés de saumon.

Beurrez les toasts, déposez un morceau de saumon, parsemez de wasabi.

Confectionnez les canapés à la crevette.

Beurrez les toasts, déposez une crevette, poivrez et assaisonnez de citron.

Confectionnez les canapés au gouda.

Beurrez les toasts, déposez une tranche de gouda, poivrez.

Confectionnez les canapés au jambon.

Beurrez les toasts, déposez une petite tranche de jambon.

Confectionnez les canapés au rouget.

Dans un plat allant au four, badigeonnez d’huile d’olive les rougets, salez, ajoutez les oignons et placez le tout sous le gril du four pendant 7 à 10 minutes.

Découpez le pain de campagne en tranche adaptées à la forme du rouget. Déposez-y une petite cuillère d’oignon puis le rouget, poivrez.

*Noir Désir,"Comme elle vient", album 666.667 Club

Une table espagnole à Paris…

… ou un morceau de péninsule ibérique au bout de la langue !

C’est donc au Bellota-Bellota, qui signifie Gland-Gland

???????????

Peut-être parce que c’est un des mets préférés du cochon et le B-B est l’antre du Jàmon iberico ou pour une tout autre raison que Philippe  Poulachon (Président du B-B) m’ a promis de me dire un jour…
 

Bref, c’est au B-B, qu’une bande de joyeux inconnus (les uns pour les autres) se sont retrouvés afin de découvrir l’huile d’olive en général et plus particulièrement l’huile d ‘olive espagnole.

Pour nous accompagner dans notre découverte, Juan Vicente Gomez Moya (porte parole de l’Interprofession de l’huile d’olive espagnole) et Alfonso Fernandès (agriculteur et producteur d’huile d’olive devenu oléologue).

Top départ, au programme :

– Conseils de dégustation et dégustation de 4 huiles d’olive.

– Dégustation de plats cuisinés à l’huile d’olive et invitation à tester les huiles en accord avec les plats.

Mise à part un grossier personnage, qui faute de savoir écouter les conseils et explications, a su ouvrir sa bouche en éructant grossièrement un « C’est dégueulasse !  » en parlant d’une des 4 huiles qu’il nous était proposé de déguster, le repas et la compagnie étaient un vrai plaisir avec quelques coup de cœur et des découvertes remarquables également.

Le service, c’était Jean-François et Guillaume toujours souriants et à propos !

  • Conseils de dégustation et dégustation de 4 huiles d’olive

A savoir :

La robe ne compte pas, elle est même trompeuse…

L’huile d’olive se déguste à 36 °. Pour cela, réchauffez le contenant et le contenu en le maintenant dans la paume de vos mains. Respirez.

Dégustant en n’avalant pas immédiatement.

Les mots de la dégustation en vidéo

La première :  Monovariétal : Arbequina Une huile non filtrée d’une relative douceur et légèrement piquante en fin de bouche.

La deuxième : Assemblage de plusieurs variétés. Plus complexe, plus piquante aussi (du bonheur pour moi), un nez et une bouche d’herbes fraiches coupées.

La troisième : Monovariétal : Picual Ma variété d’olive préférée. On retrouve le nez vert, toujours le piquant mais plus douce que la deuxième.

La quatrième : Monovariétal : Hojiblanco Celle-ci est bio. Un piquant poivré, vert au nez pour certain, mure pour d’autre… novice dans ce genre de dégustation, je peux juste affirmer que ce fut ma préférée.

  • Autour de l’huile d’olive : 4 plats et deux vins

Quatre mariages et une mise à mort… par la dent bien-sûr !

Pour le vin on boit Rouge espagnole !

Pago Florentino – Sépage : tempranillo

Photo du site du Bellota-Bellota

Photo du site du Bellota-Bellota

Ce vin bénéficie depuis 2010 de sa propre appellation d’origine qui lui est exclusivement réservée.

Tanique, une longueur sur le fruit rouge écrasé, un nez de café. Une force de caractère de cochon… peut-être un peu trop d’élevage à mon goût (qui est loin d’être universel). Cela dit je ne suis même pas certaine qu’il ait eu de l’élevage… Pas désagréable mais j’ai été plus séduite par le blanc.

Le blanc

Jose Pariente – Sépage : Verdejo

Photo du Bellota-Bellota

Photo du Bellota-Bellota

Au nez, c’est étrange… entre le minéral et le fruit … c’est possible ça ? Une belle longueur florale qui fait claquer la langue !

En bref et là je m’inspire du Dégustotron

Cette eau de feu m’étourdit comme un clin d’œil dans le bus ! 

Au menu

  • Gaspacho andalou traditionnel et pain à l’huile d’olive

Ça c’était vraiment très bon, l’Espagne en verrine mieux que Paris en bouteille. Pour l’huile, le choix s’est porté sur L’hojiblanco. Carton plein sud !

  • Jambon Bellota-Bellota* et écrasé de tomates à l’huile d’olive

Vrai découverte. Un coup de cœur ou plutôt un coup de palais. Grandiose, allez au B-B  au moins pour ça ! Quant à l’écrasé de tomate, j’ai succombé et trempé mon pain plein, plein de fois hummmm En accord mets/huile j’ai essayé avec l’Arbequina, la picual et la multivarietal… un faible sur l’accord multivariétal.

  • Aiguillettes de pluma de Pata Negra et écrasé de pommes de terre monté à l’huile d’olive

La pluma : 200 g de cette viande par cochon… et c’est dit-on ce qu’il y a de meilleur. Une viande fine, parfaitement cuite, grillée et huilée comme il se doit et qui a satisfait ma gourmandise.

  • Suprême d’orange à l’Andalouse, miel et huile d’olive

Frais et je l’aurai bien vu frappée aussi avec un p’tit glaçon d’huile d’olive.

Bellota Bellota

18 Rue Jean-Nicot  75007 Paris
01 53 59 96 96

Sur réservation