Chef toi-même à la campagne…

… ou comment j’ai re découvert la nature par la cuisine

bouquet

Il y a déjà plus de 10 ans je découvrais la limace.
En ballade dans une forêt de dentelle en Bourgogne je fus émerveillée par une chose orange au pied d´un arbre.

Pétrifié, l’amie qui m’accompagnait m’a répondu :

« Mais c’est une limace, t’as jamais vu de limace !? »

« Euh non ? »

Mais c’est magnifique insistais-je cherchant à noyer le poisson et tentant de paraître moins ridicule.

« Non mais t’as jamais vu de limace ! »
« Non je n’ai jamais vu de limace ! »

Mais là t’es lourd dingue ma fille et au lieu de rire comme une bécasse, tu devrais plutôt admirer mon enthousiasme et ma pureté.

Ce qu’elle fit quelques heures plus tard lorsqu’elle oublia, sans doute admirative de ma pureté lumineuse, de me dire que les fils qui entourent l’enclos d’un cheval sont souvent électrifiés…

La nature ne m’a depuis que très peu souvent appelée

C’est par et grâce à la cuisine que je me suis tout doucement rapprochée d’elle. J’ai peu à peu maîtriser les herbes, les fleurs, les épices.

P1010176ceviche-jacques-passion

C’est alors que, toute fleurie et épicée, je me suis encore pris une volée d’herbes non identifiées dans les mirettes.
C’est dans l’Hérault à Puimisson que Jeff Coutelou, vigneron et pour l’occasion de notre visite botaniste,  m’a dévoilé quelques secrets de ses jardins. Cette fois-ci j’ai flashé en silence et surtout je n’ai ouvert la bouche que pour goûter.

Ail sauvage

Ail sauvage

Roquette sauvage

Roquette sauvage

Amande amère et Chauve-souris

Amande amère et Chauve-souris

Pour la petite histoire : il est conté qu'on ne doit jamais couper, arracher une branche de cet arbre sous peine de perdre brutalement la vie dans la semaine qui suit...

Pour la petite histoire : il est conté qu’on ne doit jamais couper, arracher une branche de cet arbre sous peine de perdre brutalement la vie dans la semaine qui suit…

Câpre en fleur

Câpre en fleur

Pour aller plus loin je vous invite à (re) découvrir les vins de Jeff Coutelou, une chouette et très accueillante tronche de vin au fil des écrits de Guillaume au morgon dans les veines.

Fastronomie : #épisode 1

Le prétexte : faire une cuisine rapide, simple et efficace.

Parfois il fait bon d’être simple en cuisine… les paillettes, le tralala, la burrata, le fruit top tendance et super bon mais quasi impossible à trouver et qui coûte la peau des f***, bref la chasse aux produits c’est fatiguant et franchement un peu de l’ordre de la masturbation intellectuelle ! (ok je m’y adonne aussi mais c’est pas le sujet là 😉 )

Pochoir de William Benhamou

Pochoir de William Benhamou

Idem quand je ramène ma fraise du jardin ou ma grosse poire de la ferme d’à côté… Même combat, même lutte ! J’ai pas de jardin moi (cri du cœur), et la ferme d’à côté est à 25 bornes minimum, hors d’atteinte des transports en commun (oui j’ai pas de bagnole non plus) et dans Paris les maraichers, pour la plupart, sont eux-mêmes radiopesticidés.

Et me la jouait pas « Je connais dans le 4ème arrondissement un super traiteur italien et dans le 18ème il y a un boucher du tonnerre et dans le 16ème un pâtissier d’enfer… » parce que là je deviens animal et j’t’étrangle, j’te passe à la casserole même.

J’explique rapide :

Moi pas le temps de me sniffer les lignes en couleur de la RATP pour remplir mon panier du meilleur.

Moi femme qui travaille, moi femme avec 2 enfants, moi femme qui a des amis à voir, moi femme qui fait les courses, le ménage, la lessive, les repas pour toute la famille, moi femme qui a un mari (un couple ça se bichonne aussi), moi femme qui gym suédoise, qui bad, qui yog toutes les semaines !

Voilà pour la tranche d’égo auto centrée et forcément (on est sur un blog de cuisine) tourné vers mon nombril (ou mon ventre si vous préférez).

Côté cuisine justement :

Faire la cuisine c’est un exutoire, je vous l’ai déjà dit c’est ma TAZ*. Il m’arrive aussi et souvent de chasser la bonne adresse, le bon plan, le bon produit, la bonne température.

Cependant, il arrive que tout cela me paraisse vain. J’avais penser à faire mes photos de plat avec un crâne humain dans le cadre, vous savez à la manière des Vanités. Histoire de rappeler tout de même aux fous furieux de la fourchette qu’on s’agite tous un peu dans le vide.

“La vie est une ombre qui passe, un pauvre acteur qui, son heure durant, se pavane et s’agite, une histoire contée par un idiot, pleine de bruit et de fureur, et qui ne veut rien dire.” Shakespeare

Photo du site 123rf.com

Photo du site 123rf.com

Non, non, j’vous fais pas une déprime, c’est juste que parfois tous ce bruit en cuisine me fatigue un peu, m’ennuie même… alors je m’extrais un peu de moi-même pour mieux pouvoir sourire de mes propres tribulations…

Tout ça pour vous proposer de sortir un peu de l’exceptionnel et du génial et pour vous proposer des recettes débordantes de simplicité, rapides à réaliser, avec des produits qu’on peut trouver partout.

Un peu d’ordinaire dans ce monde d’excès 😉

Apéritif ou buffet

Ouvrir une bouteille…

Féta à l’huile d’olive et aux herbes

feta

Coupez en petits cubes la féta. Dans un récipient hermétique ajoutez 25cl d’huile d’olive vierge extra, du poivre (en baie c’est mieux), du romarin, du thym, du basilique (frais c’est mieux mais le surgelé passe), une pointe de piment fort. Couvrez et laissez mariner une nuit minimum au réfrigérateur.

Feuilleté roulé merguez

Feuilleté merguez

Un remake oriental du feuilleté à la saucisse. Faîtes précuire 4 merguez au four (environ 15 minutes à 180 °). Déroulez la pâte et disposez une merguez ou deux au bord de la pâte et enroulez-là complètement.

Feuilleté merguezphoto5 photo4 photo2

Couper et mettre le rouleau au frais. Répétez ainsi jusqu’à épuisement des ingrédients. Badigeonnez les rouleaux avec de l’œuf battu. Coupez les rouleaux en rondelles et disposez-les sur une feuille de papier cuisson. Enfournez15 à 20 minutes jusqu’à que les minis feuilletés soient dorés.

Tartinade thon

Rillette de thon à l'harissa

Dans un bol, mélangez du beurre doux mou et de l’harissa. Ajoutez ensuite du thon en boite. Utilisez cet appareil pour tartiner du pain frais ou grillé.

A suivre…

*TAZ (Temporary Autonomous Zone / Zone autonome temporaire) : moment d’action dont la forme éphémère garantit sa pleine indépendance, moment où une zone est réappropriée et libérée de toute force étatique et commerciale.

Sur la route…

Les vacances… déjà terminées pour certains, en cours pour d’autres, même pas entamées pour les plus chanceux…

Quand on aime manger, elles sont l’occasion de s’offrir en extra un voyage gustatif et plus si affinités…

Coup de foudre à Barcelone !

La ville en plein mois d’août (je sais, mais quelle idée !), on oublie, on passe.

Du bruit, des gens partout (j’en ai encore des frissons), des touristes partout et même des français partout… et non ce n’est même pas le pitch d’un film d’épouvante.

C’est à croire que toute l’humanité, dans tous ses états, se retrouve à Barcelone pour boire du Gyn tonic et manger du saumon frit… bon je vous l’accorde, le Gyn tonic c’est chouette aussi. Pour le saumon frit… j’ai quelques réserves, d’autant que ce mets s’érigeait en insulte lorsque j’étais enfant… mes sœurs ont souvent eu des têtes de saumon frit ????

Bref, je m’égare mais cette ville est étonnante et déroutante. On y trouve du vin naturel français servi sur table à 20 € dans un restaurant les pieds quasi dans l’eau. A la carte, un poisson du jour je cite « c’est un poisson du jour frit avec des arrêtes » et sans autre accompagnement que des couverts. Le poisson était très bon… Mais quelle étrange façon de manger 😉

Le Ca la nuri, qui nous a été indiqué par l’homme aux idées liquides et solides, est LE resto à faire sur la plage, ne serait-ce que pour sa carte des vins 😉

Photo de Antonin Iommi-Amunategui sur la plage de Barcelone au Ca la nuri

Photo de Antonin Iommi-Amunategui sur la plage de Barcelone au Ca la nuri

Sur la route toujours, nous avons gouté à l’âme du vin… et même pas eu besoin de vendre la nôtre…

Aux anges et entre belles âmes françaises et catalanes, nous avons savouré l’ànima del vi.  Bar à vins naturels en plein cœur de Barcelone. On y mange bon, on y boit bien et inversement. Un lieu unique dans cette ville de fureur, un lieu idyllique pour tous les amoureux.

L'anima del vi - Barcelon

Burrata

Burrata

vin l'anglore

A la rencontre de Benoît et Núria
L’ÀNIMA DEL VI
Vigatans, n°8
08003 Barcelone
España
Du Mardi au Samedi, de 17h00 à minuit

Toujours sur les conseils de notre guide virtuel

… La marche se poursuit pour me souffler davantage car au détour de l’Eixemple (quartier d’affaire à Barcelone) me voilà devant le Gresca.

Une carte des vins à ne pas louper, un excellent rapport qualité/prix et de quoi manger très étonnant et délicieux.

Gresca Resto

Oeuf soufflé et tagliatelles de pomme de terre à la crème

Oeuf soufflé et tagliatelles de pomme de terre à la crème

Tortilla cuite sous vide

Tortilla cuite sous vide

Dans mes bagages j’ai ramené…

Une recette de ce que j’ai appelé « Les pommes de terre mélangées avec des œufs »… pour ne pas froisser les puristes je ne la nomme pas Tortilla ;-), du chorizo, du jambon Bellota, du Llom iberico.

Le tout à poser sur la table façon tapas !

Les pommes de terre mélangées avec des œufs

Tortilla

Ingrédients

– 7 pommes de terre bio (je garde la peau)

– 25 cl d’huile de tournesol

– 6 œufs

– Sel et poivre

– 2 cuillères à soupe d’huile d’olive

Faites chauffer l’huile dans une poêle ou une friteuse. Lavez les pommes de terre, coupez-les en cube. Faites-les frire.

Battez les œufs en omelette, salez, poivrez.

Mélangez les pommes de terre frites à l’omelette puis reversez l’ensemble dans une poêle huilée à l’huile d’olive.

Laissez cuire pendant 4 minutes à feu moyeu, retournez et laissez cuire 2 minutes.

Servez.

Boulgour au thon en crumble de chorizo

chorizo

Ingrédients

– 200 g de boulgour

– 1 boite de thon naturel

– 1 demi chorizo

– 1 filet d’huile d’olive

Faites cuire le boulgour à l’eau (comme indiqué sur l’emballage).

Une fois cuit, ajoutez un filet d’huile d’olive.

Mixez le chorizo, ajoutez la chapelure et mixez à nouveau. Étalez le tout dans un plat qui va au four et faites cuire en position grille 7 minutes. Effritez avec une fourchette.

On dresse : le boulgour, le thon et on émiette le crumble de chorizo.

Franchement c’était super bon !

A vous maintenant de nous ramener à manger et à boire de vos vacances !

Nouveauté pour Chef toi-même : 
"Je valide mon inscription à Paperblog 
sous le nom d'utilisateur "Cheftoimeme""

Voyage au bout de la nuit

Pourquoi un voyage ?

Parce que je vous emmène en Italie, en France, en Espagne et au Brésil.

Pourquoi au bout de la nuit ?

Pour la poésie bien sûr…

Dans le panier

– Des minis poivrons doux d’Espagne

A ne pas confondre avec les pimientos del piquillo de Lodosa (appellation contrôlée) ; petits poivrons doux exclusivement cultivés en Navarre.
Culture : entre septembre et novembre, pas de plantation sous serre le reste de l’année, cueillis et préparés en pleine maturité.
Les poivrons del Piquillo sont ensuite grillés, pelés soigneusement à la main, et mis en bocaux également manuellement.

– Du fromage de brebis de France, un pesto de pistache d’Italie, des perles du Japon du Brésil (cherchez donc l’erreur), des fruits rouges, du basilic.

Mixez le tout avec une huile d’olive extra vierge et vous obtenez une tartinade sucrée/salée que je vous laisse tester 😉

Sinon, on peut aussi se la jouer Menu en 3 plats

Minis poivrons farcis au fromage

piquilos

Ingrédients pour 2 à 3 personnes

– 1 dizaine de minis poivrons

– 50 g de fromage frais de brebis

– 50 g de fromage philadelphia ®

– 2 cuillères à soupe d’huile d’olive extra vierge

– 1 demi cuillère à café de piment liquide ou une pointe de piment fort en poudre

– sel

Préparez les poivrons

Lavez les poivrons, coupez l’extrémité et enlevez les chapeaux. Dans un plat qui va au four, versez un verre d’eau et déposez les poivrons. Laissez cuire au four à 200 ° pendant 30 à 45 minutes. Retournez régulièrement les poivrons, et vérifiez régulièrement la cuisson.

Pour ceux qui ont un four avec fonction crips combiné micro onde.
Placez les poivrons dans le plat crisp avec un peu d’eau au fond du plat. Faites cuir en mode crips combiné 4 minutes, retournez les poivrons et ajoutez 4 minutes de cuisson, retournez une dernière fois et terminez par 3 minutes de cuisson.

Placez les poivrons dans un sac en plastique et réservez.

Préparez la farce

Mélangez les deux fromage, l’huile d’olive, le piment et le sel.

Versez la préparation dans une poche à douille.

Le montage

Enlevez la peau des poivrons en les plaçant sous un filet d’eau froide.

A l’aide la poche à douille, farcir les poivrons de fromage.

Dressez et arrosez d’un filet d’huile d’olive.

Pâtes au pesto de pistache et œuf mollet

pates-pesto-oeuf

Ingrédients pour 2 personnes

– 300 g de pâtes type spaghetti ou linguine

– 3 cuillères à soupe de pesto de pistache

– 4 pétales de tomates séchées

– 1 beau morceau de parmesan

– Huile d’olive vierge extra

– 2 œufs

– une cuillère à café de vinaigre

– sel

Faites cuire les pâtes al dente

Égouttez et arrosez d’huile d’olive.

Préparez les œufs mollets

Il vous faut de l’eau, du gros sel et du vinaigre. Perso, je les loupe à chaque fois. Du coup j’ai investi dans un manège à œuf et le résultat a été très satisfaisant.

manege-oeuf

Les astuces des blogueurs

C’est moi qui l’ai fait !

Mon blog de fille

Cuisine et citations

Dressez les pâtes, parsemez de pesto*, déposez les tomates et le parmesan en copeaux et déposez l’œuf.

N’hésitez pas à réchauffer les pâtes avant de dresser.

* Celui que j’ai servi, je les trouvé dans une épicerie italienne du tonnerre à paris. C’est RAP épicerie. C’est un pesto 100 % naturel élaboré à base de pistaches, de sel, de parmesan, d’huile d’olive extra vierge et d’une pointe d’ail. Vous pouvez aussi le réaliser chez vous en pilonnant ces différents ingrédients.
 
pesto

Tapioca à la vanille et soupe de fruits rouges au basilic

tapioca-perle-japon

Ingrédients pour 4 verrines

– 30 g tapioca ou perle du Japon (certains disent que c’est la même chose, d’autres non et comme je n’ai pas réussi à vraiment savoir… j’ai trouvé du tapioca et j’ai fait avec…). Toutes précisions sur le sujet est bienvenue.

– 500 ml de lait

– Une cuillère à café de vanille en poudre

– 50 g de sucre en poudre

Pour la soupe de fruits rouges

– 200 g de fruits rouges de votre choix

– 50 g de framboises

-1 demi jus de citron

– 2 cuillères à café de sucre

– 12 feuilles de basilic frais

– 1 verre d’eau (environ 20 cl)

Faites bouillir le lait avec le sucre et la vanille. Ajoutez le tapioca, mélangez et laissez cuire à feu doux pendant 30 minutes en mélangeant de temps en temps.

Versez dans une verrine et laissez refroidir.

Mixez ensemble tous les ingrédients de la soupe de fruits.

Recouvrir le tapioca de soupe de fruits et réservez au frais.

Pour boire on s’est servi un peu des Trois Petiotes de Valérie Godelu. L’accord n’était pas parfait, du coup on l’a bu après 😉

Du très bon fruit qui rafraichit la bouche et qui nous a emmené jusqu’au bout de la nuit…

IMG_2251

La vie en rose

Le rose c’est un peu de la guimauve mais comme j’aime ça je me suis dit que j’allais un peu ramener ma fraise.

Très girly, le rose a souvent ses entrées pour illustrer la « nunucherie » pourtant le rose n’est pas que bonbon, il est aussi cochon… surtout allongé sur une table.

Parlons des roses pâles…

Qui n’a jamais craqué pour une belle tranche de jambon cuit, qui n’a jamais cédé à un verre de rosé, qui n’a jamais serré entre ses dents une jolie crevette, qui ne s’est jamais perdu dans la barbe à papa ?

Le rose soutenu…

Croque dans l’radis, dégomme la betterave.

Le rose chimique…

Fraise tagada® olé olé (la rose foncée et la rose qui pique)

Osons le rose corsé…

Tu connais les baies roses… distille-les partout, partout !

Le rose sucré…

Croque dans la fraise et la framboise, prend-toi une grenade, une pastèque même, découvre le Pitaya… ça y est tu la vois, la vie en rose ?

Charlotte aux 2 fraises et basilic

charlotte-fraise

Ingrédients

– 500 g de fraises dont 100 g pour le coulis

– Une poignée de fraise tagada® pour la déco

– Une vingtaine de biscuits de Reims rose

– 40 cl de crème fraiche liquide bien fraiche

– Une gousse de vanille

– 2 cuillères à soupe de sucre glace

– 2 cuillères à soupe de rhum (le choisir parfumé)

– 2 cuillères à soupe de liqueur de fraise

– 2 cuillères à soupe d’eau

Pour le coulis

– Quelques feuilles de basilic

– 2 cuillères à café de jus de citron

Placez un saladier au réfrigérateur ainsi que le fouet qui vous servira à battre la crème.

Enlevez les queues des fraise et lavez-les. Coupez-les en deux et réservez-en quelques unes pour la déco. Récupérez les grains de vanille en découpant la gousse en deux dans le sens de la longueur.

Sortez le saladier, le fouet et la crème du réfrigérateur et battez la crème. Si nécessaire placez le saladier sur une source de fraicheur (glaçons, eau froide, poche gelée…). Une fois que la crème commence à prendre, ajoutez le sucre glace et la vanille. Réservez au frais.

Mélangez dans un bol le rhum, la liqueur de fraise et l’eau.

Trempez les biscuits de Reims dans le mélange rhum/liqueur/eau et tapissez-en un moule à charlotte, répétez l’opération pour confectionner le fond.

Mettez de côté 2 ou 3 cuillères de crème fouettée pour la déco.

Versez quelques cuillères de crème fouettée, des fraises fraiches et 2 biscuits de Reims. Répétez l’opération jusqu’à arriver au bord du moule. terminez par une couche unis de biscuits de Reims. Aplatissez bien le tout et réservez au frigo en déposant une assiette avec du poids sur la charlotte.

Préparez le coulis.

Mixez les fraises et le basilic. Ajoutez le jus de citron.

Dressez

Démoulez la charlotte. Tapissez du reste de crème fouettée et décorez avec les fraises fraiches restantes et les fraises tagada®

Au moment de servir, versez le coulis.

Les Chocolats du maître chocolatier, pâtissier Sève à la fraise tagada® qui pique

chocolat-fraise-tagada

Le Rosé de Marie et Vincent Tricot

Du bien bon dans le verre qui te balance un air zoum zoum zen sur la langue.

Au début, du rose qui tape et pas qu’à l’œil. Laisse-toi ensuite guider par le bout de son nez, et finis conquis en bouche par sa délicate perfection.

Le rosé pinot de Marie et Vincent Tricot sur Vindicateur (pour savoir où l’acheter…)

vin-rose-tricot

 

Loca loca la Francesa… et on aime ça.

Un apéritif de la semaine (le retour) spéciale dédicace

La Francesa aux fourneaux !

L’apéritif de la semaine est une rubrique qui ne paraît pas toutes les semaines (cherchez l’erreur ;-)). Dans cette rubrique j’ai souhaité mettre à l’honneur, le temps d’un post, un(e) ami(e), un blog et son auteur(e)… Une façon pour moi de les remercier pour l’inspiration, leur partage, leur expérience… Je leur « pique » donc leur recette 😉 et leur offre un vin et cocktail…

Te voilà donc dans de beaux draps ma belle et cuisinée aux petits oignons

Cette fille-là je ne la connais pas (je veux dire par là qu’on ne s’est jamais rencontrée). Reine des « tapas locas« , elle m’a tapée dans l’œil ou plutôt a su frapper là où ça fait du bien… mon estomac.

Elle brave les patatas avec panache, elle inspire et s’inspire de tout… Entre ses mains,  le superflu devient nécessaire.

Elle te donne de l’amour en bout de table et à l’espagnol s’te plait !

Sur son blog, tu trouveras la fuerza, elle te mettra la sauce, te prendra pas pour une morue et te dira tout, justement, sur la « bacalao* ».

Elle tranche, planche, flash !

Elle scande « Cocinar es un acto de amor (Martín Berasa) » et le prouve à travers chacune de ses recettes, inventées, inspirées, revisitées.

Son éventail de recettes est plus coloré que le Rainbow flag.

Et en plus elle est généreuse… plus d’excuses maintenant, tu peux la

« googleplusseriser, liker, fanatiser, follower, instagramer, piner pinterester, foursquariser » C’est elle qui le dit 😉

Pour elle, un vin rosé qui pétille :

La « Grande Sendrée » de Drappier , seguro !

photo(19)

Côté cocktail, on shake olé olé pour la Francesa.

Pour elle et dans son verre c’est « El Liberator »

cokctail-liberator-rhum

Cocktail savamment secoué devant mes yeux il y a quelques mois à la Conserverie (Paris)

Dans la boite tu distilles :

– 45 ml de rhum brun (El Diplomatico Réserva, rhum vénézuélien d’une grande finesse et très parfumé)

Pour en savoir plus sur ce rhum vous pouvez aller passer un Week end à Rhum)

– 25 ml de jus de citron jaune

– 15 ml de sirop de sucre de canne

– 1 tige de citronnelle

– 1 tranche de gingembre frais

– 3 traits d’Angostura

– 1 blanc d’œuf

Pour la déco, des tranches fines de gingembre et de la noix de muscade râpée.

Et la bouchée d’inspiración « culinaresque » de la Francesa !

Sa tuile à l’oignon

cf son post du 14 décembre 2012 légèrement revisitée et surmontée d’un éclat de foie gras poêlé.

photo(31)

Je n’ai pas réussi à faire tout pareil que toi La Francesa, j’ai décidé que c’était de la faute de mon four 😉 , et puis pour le mariage avec le foie gras j’ai aussi mis moins de sucre que pour la recette initiale. En tout cas le goût était là lui et l’oignon caramélisé avec sa pointe d’épice marié au foie gras cru poêlé c’était bien bon !

On sort les armes de séduction massive

Un peu de noir pour les yeux, un peu d’ivoire pour le teint et du rose pour les lèvres…

Pour seul vêtement… un Drappier rosé

Ce champagne là, il te caresse, il tient ses promesses… Bien bâti, il assume son côté féminin par la finesse de ses bulles, il porte le rose bien mieux que Barbie et te balance l’air de rien une belle claque sur la langue. Délicat et brutal, il est le fantasme du bad boy.

Drappier t’es fichtrement bon, il fallait que je te le dise.

Champagne-drappier

Pâtes fraiches à l’encre de seiche et ses crevettes au curry

pâtes encre de seiche

Pour 4 personnes

Pour les pâtes à l’encre de seiche

– 500 g de Tagliatelles fraiches

– 5 tomates fraiches

– 20 cl de vin rouge

– 1 gros oignon

– 1 gousse d’ail

– 1 cuil. à soupe de concentré de tomate

– 2 verres d’eau

– 2 cuil. à soupe d’huile d’olive

– 1 sachet d’encre de seiche (vous en trouverez chez un traiteur italien assez facilement)

Encre de seiche

– Du romarin

– sel/poivre fraichement pilonné

Pour les crevettes au curry

pâtes encre de seiche et crevettes curry

– Comptez 6 crevettes fraiches moyennes et cuites (évitez les trop gros calibres que l’on préférera à la plancha) par personnes

– 1 cuil. à café de mélange curry les mélanges d’épices de Roellinger sont excellents, il y a aussi une belle sélection sur Le relais de Rungis

– 2 belles cuil. à café de graines sésame grillées

– 1 gousse d’ail

– 1 cuil. à soupe d’huile d’olive

– Sel

La sauce

Dans une poêle à fond épais, faites revenir à feu doux l’oignon émincé dans l’huile d’olive, ajoutez l’ail écrasé.

Pendant que les oignons se colorent, faites bouillir de l’eau et déposez-y les tomates quelques secondes afin de pouvoir enlever leur peau facilement.

Coupez les tomates pelées en petit dés. Faites-les revenir avec les oignons et l’ail. Ajoutez le concentré de tomate, l’eau, le sel et le romarin et le vin. Laissez mijotez 15 minutes à couvert.

Ajoutez l’encre de seiche et mélangez. Laissez encore cuire 5 minutes à découvert.

Réservez.

Les crevettes

Épluchez les crevettes.

Dans une poêle, versez l’huile et faites chauffer légèrement. Faites-y revenir les épices et l’ail émincé. Ajoutez les crevettes et enrobez-les bien. Ajoutez les graines et salez si nécessaire.

Réservez au chaud

En même temps faites bouillir beaucoup d »eau pour les pâtes avec une cuil. à café de gros sel. Préférez une cuisson al dente.

Dressez

Pâtes/sauce à l’encre de seiche/crevettes et poivrez

encre de seiche et Drappier